Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Mercredi 28 juin 2017

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Juin  2017 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
29 30 31 01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 01 02

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

DINO RISI - BIOGRAPHIE



Retour sur la carrière d’un monstre sacré de la comédie italienne qui vient de tirer sa révérence.

Décédé à l’âge de 91 ans le samedi 7 juin 2008, le cinéaste Dino Risi faisait partie des derniers géants de la comédie italienne encore vivant. Né en 1916, ce milanais d’origine a tout d’abord été influencé par son père, médecin, en entamant des études approfondies en psychiatrie. Une fois son doctorat en poche, il succombe pourtant à sa première passion : le cinématographe. En 1940, il rencontre par l’intermédiaire d’un ami les cinéastes Alberto Lattuada et Mario Soldati qui lui proposent de devenir assistant-réalisateur. Il mène parallèlement à cette nouvelle activité une carrière de critique de cinéma et réalise une trentaine de courts-métrages. De plus en plus passionné, il se lance également dans l’écriture de scénarios et devient ainsi un auteur complet.
Il franchit le cap décisif du long métrage en 1952 avec Vacanze col gangster, un petit film commercial oubliable. Il découvre peu de temps après sa capacité à réaliser des comédies efficaces, parfois teintées d’amertume avec Le signe de Vénus (1955), Pain, amour, ainsi soit-il (1955), troisième volet d’une série très populaire, puis Pauvres mais beaux (1956). Il s’entoure des meilleurs comédiens de l’époque et signe avec Vittorio Gassman un grand nombre de comédies grinçantes dont L’homme aux cent visages (1960) et surtout le magnifique Fanfaron (1962). Son humour se fait d’ailleurs de plus en plus noir avec le temps, de La marche sur Rome (1962) où il brocarde le fascisme en allant jusqu’aux Monstres (1963). Les années 60 le voient se spécialiser dans le film à sketches où il brille généralement grâce à sa verve incisive et irrévérencieuse.
Dans les années 70, le ton se fait de plus en plus grave et désabusé, ce qui se retrouve dans le superbe Parfum de femme (1974), mais aussi dans Fantôme d’amour (1981) avec Romy Schneider et Le fou de guerre (1985) avec Coluche. Durant cette période, il ne délaisse pourtant pas son genre de prédilection en signant l’hilarant Les nouveaux monstres (1976), ainsi que quelques curiosités comme La carrière d’une femme de chambre (1976). Son avant-dernière oeuvre cinématographique nous invite à une dernière Valse d’amour (1990) en compagnie de son vieux complice Vittorio Gassman. Ce réalisateur respectueux de son public a beaucoup tourné et a su nous faire rire et nous émouvoir durant plus de quatre décennies.
source : Avoir-alire.com

FILMOGRAPHIE

Sa filmographie commentée en images et extraits vidéos

  1. - Vacanze col gangster (1952)
  2. - Viale della speranza (1953)
  3. - L’amour à la ville (L’amore in citta, 1953)
  4. - Le signe de Vénus (Il segno di Venere, 1955)
  5. - Pain, amour, ainsi soit-il (Pane, amore e..., 1955)
  6. - Pauvres mais beaux (Poveri ma belli, 1956)
  7. - La nonna Sabella (1957)
  8. - Beaux mais pauvres (Belle ma povere, 1957)
  9. - Venise, la lune et toi (Venezia, la luna et tu, 1958)
  10. - Poveri milionari (1959)
  11. - Le veuf (il vedovo, 1959)
  12. - L’homme aux cent visages (Il mattatore, 1960)
  13. - L’inassouvie (Un amore a Roma, 1960)
  14. - A porte chiuse (1960)
  15. - Une vie difficile (Una vita difficile, 1961)
  16. - Le fanfaron (Il sorpasso, 1962)
  17. - La marche sur Rome (La marcia su Roma, 1962)
  18. - Il successo (1963)
  19. - Les monstres (I mostri, 1963)
  20. - Il giovedi (1963)
  21. - Il gaucho (1963)
  22. - Les poupées (Le bambole, 1964)
  23. - Play boy party (L’ombrellone, 1965)
  24. - Les complexés (I complessi, 1965)
  25. - I nostri mariti (1966)
  26. - Opération San Gennaro (Operazione San Gennaro, 1966)
  27. - L’homme à la Ferrari (Il tigre, 1967)
  28. - Il profeta (1967)
  29. - Fais-moi très mal, mais couvre-moi de baisers (Straziami, ma di baci saziami, 1968)
  30. - Une poule, un train et quelques monstres (Vedo nudo, 1969)
  31. - Il giovane normale (1969)
  32. - La femme du prêtre (La moglie del prete, 1970)
  33. - Au nom du peuple italien (In nome del popolo italiano, 1971)
  34. - Moi la femme (Noi donne siamo fatte cosi, 1971)
  35. - Rapt à l’italienne (Mordi e fuggi, 1973)
  36. - Sexe fou (Sessomatto, 1973)
  37. - Parfum de femme (Profumo di donna, 1974)
  38. - La carrière d’une femme de chambre (Telefoni bianchi, 1976)
  39. - Ames perdues (Anima persa, 1977)
  40. - La chambre de l’évêque (La stanza del vescovo, 1977)
  41. - Les nouveaux monstres (I nuovi mostri, 1977)
  42. - Dernier amour (Primo amore, 1978)
  43. - Cher papa (Caro papa, 1979)
  44. - Je suis photogénique (Sono fotogenico, 1980)
  45. - Les séducteurs (Sunday lovers, 1980)
  46. - Fantôme d’amour (fantasma d’amore, 1981)
  47. - Les derniers monstres (Sesso e volentieri, 1982)
  48. - Le bon roi Dagobert (1984)
  49. - Le fou de guerre (Scemo di guerra, 1985)
  50. - Il commissario lo gatto (1987)
  51. - Teresa (1987)
  52. - Valse d’amour (Tolgo il disturbo, 1990)
  53. - Giovani e belli (1996)

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 14/07/2011 @ 16:50
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 575242 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,099 secondes