Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Mercredi 24 mai 2017

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Mai  2017 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 01 02 03 04

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

Intégrale ROBERT MITCHUM - 01/10

Avec sa stature qui n’avait d’égale que sa désinvolture, Robert Mitchum a toujours été un modèle de classe virile. Mais la plupart de ceux qui, depuis plusieurs générations, rêvent de ressembler à cet archétype du bad boy, ignorent sans doute qu’à ses heures perdues, il écrivait de la poésie ! C’est que derrière son regard de lézard, inquiétant en diable, l’acteur cachait pudiquement une profonde sensibilité qui est aussi le secret de son succès.

Né dans le Connecticut en 1917, de parents qui ont du sang indien, écossais et norvégien, Robert Charles Durman Mitchum démarre sa vie par un drame : la mort accidentelle de son père sur un chantier de voie ferrée alors qu’il n’a pas deux ans. Peu après, sa mère se remarie à un ancien officier de l’Armée britannique et il grandit dans la petite ville de Bridgeport avec une sœur aînée et un frère cadet.

Dès cette époque il se construit l’image du mauvais garçon puisqu’il apprend dans la rue l’art de la bagarre avant de quitter à quatorze ans sa famille et l’école pour partir à l’aventure. Rapidement arrêté pour vagabondage, il passe quelque temps en prison avant d’exercer des métiers divers comme videur, barman, conducteur de camion et même boxeur avec à la clé un nez cassé qui complétera sa panoplie de bad boy.

A dix-neuf ans, Robert Mitchum se découvre un vif intérêt pour le théâtre en fréquentant une troupe amateur à Long Beach, ce qui le conduit non seulement à monter sur scène mais aussi à écrire des pièces pour enfants ! Peu après, il épouse Dorothy, son amie d’enfance avec laquelle, sans être un modèle de fidélité conjugale, il restera marié toute sa vie et aura trois enfants.

Tout en jouant au théâtre le soir dans des petites productions, il fait vivre sa famille en travaillant aux usines Lockheed mais en est renvoyé à cause de troubles de la vue qui seront aussi à l’origine de son regard si particulier. Successivement agent d’assurances et commis voyageur, il se retrouve ensuite au chômage avant que le destin ne lui sourie enfin quand il rencontre le producteur de la série de western Hopalong Cassidy.

Très mauvais cavalier, il parvient quand même à se faire engager, puis s’essaye à la comédie en tournant avec Laurel et Hardy ! Interrompue par la guerre qui le voit servir comme infirmier spécialisé dans la détection des maladies vénériennes, sa carrière démarre vraiment en 1945 quand son rôle dans Les Forçats de la gloire lui vaut une nomination aux Oscars.

Sous contrat à la RKO, Robert Mitchum tourne ensuite plusieurs films dont Lame de fond de Vincente Minelli, Feux croisés d’Edward Dmytryk et surtout La Griffe du passé de Jacques Tourneur, sa première incursion dans le film noir, genre dont il deviendra l’un des acteurs emblématiques. Devenu célèbre, il défraye souvent la chronique avec son esprit bagarreur, son goût pour les beuveries, son irrespect pour la police et ses déclarations à l’emporte-pièce, de quoi lui valoir une réputation d’insoumis qu’il conservera toute sa vie.

En 1948, il parfait cette image en se faisant arrêter pour possession de marijuana. Condamné à soixante jours de prison, il risque aussi avec ce scandale de voir sa carrière partir en fumée. Mais c’est tout le contraire qui se produit puisque ses rôles montent en puissance, notamment avec Ça commence à Vera Cruz de Don Siegel, Fini de rire de John Farrow, Le Paradis des mauvais garçons de Josef Von Sternberg, Les Indomptables de Nicholas Ray et Un si doux visage d’ Otto Preminger !

Suivront ensuite La Rivière sans retour de Henry Hathaway et surtout La Nuit du chasseur de Charles Laughton, avec son rôle de prédicateur psychotique, son préféré de toute sa carrière. Pour la petite histoire, pendant le tournage de ce film culte, c’est lui qui s’est occupé de diriger ses jeunes partenaires pour suppléer Charles Laughton qui déteste les enfants !

Dès lors, Robert Mitchum enchaîne les films, excellant dans les registres les plus divers, d’où une blague qui ne tarde pas à courir dans Hollywood : « Vous ne trouvez pas le bon acteur ? Appelez Mitch, il sait tout faire ! ». Avec une humilité qui contraste avec son arrogance, il donnera sa propre explication : « Si on me demande beaucoup, c’est parce que je travaille vite et que je ne prends pas cher ! ».

Très professionnel, il n’en reste pas moins fidèle à son image de rebelle au point de se faire virer d’un tournage après s’être bagarré avec un membre de l’équipe ! Pas de quoi lui valoir l’opprobre des producteurs puisqu’il continue de tourner film sur film, notamment Flammes sur l’Asie de Dick Powell, Les Nerfs à vif de Jack Lee Thompson et Massacre pour un fauve de Phil Karlson. « Le cinéma m’ennuie, en particulier mes films » confesse-t-il pourtant un jour. Un désabusement qui le conduit à envisager à la fin des années 60 de mettre un terme à sa carrière. Un vrai gâchis en perspective considérant son immense popularité, en particulier auprès de la jeune génération qui se reconnaît dans son tempérament insoumis et partage avec lui un goût prononcé pour la marijuana. Une cote qui, curieusement, ne fléchira pas quand il prendra ouvertement parti pour la guerre du Vietnam !

En 1968, l’acteur retrouve du plaisir sur les plateaux en tournant Cérémonie secrète de Joseph Losey, Un homme fait la loi de Burt Kennedy et surtout La Fille de Ryan de David Lean où il trouve l’un de ses meilleurs rôles. Devenu une légende vivante, il voit arriver la nouvelle génération d’acteurs sans cacher l’amusement que lui inspire leur propension à se prendre la tête quand ils abordent un rôle, ce qui vaudra à Robert de Niro de se faire copieusement chambrer sur le tournage du Dernier Nabab d’Elia Kazan. Il est vrai que sa conception du métier d’acteur est plus simple : « Il suffit d’apprendre son texte par cœur et de le réciter sur le plateau en suivant les indications du metteur en scène » aime-t-il dire, sans doute pour entretenir son image de dilettante. Mais sa décontraction affichée cache sans doute un esprit plus tourmenté comme en témoigne un sérieux problème d’alcoolisme qui le conduira en cure de désintoxication à l’âge de 70 ans. Dès lors, il ne tourne plus qu’épisodiquement et se distingue surtout par son engagement politique en soutenant activement la candidature de George Bush en 1972. Républicain dans l’âme, il affiche ses opinions conservatrices sans craindre d’entacher son image de mauvais garçon. L’avenir lui donnera raison : aujourd’hui, plus de dix ans après sa mort en 1997, le mythe vit plus que jamais

FILMS DE L'INTEGRALE

La Fille de Ryan
(Ryan's Daughter), 1970, de David Lean
Avec Robert Mitchum, Trevor Howard, Christopher Jones, John Mills, Leo McKern, Sarah Miles

Fini de rire
(His Kind of Woman), 1951, de John Farrow
Avec Robert Mitchum, Jane Russell, Vincent Price, Tim Holt

Horizons sans frontières
(The Sundowners), 1960, de Fred Zinneman
Avec Deborah Kerr, Robert Mitchum, Peter Ustinov

Ça commence à Vera-Cruz
(The Big Steal), 1949, de Don Siegel
Avec Robert Mitchum, Jane Greer, William Bendix, Patric Knowles

Un si doux visage
(Angel Face), 1952, d’Otto Preminger
Avec Robert Mitchum, Jean Simmons, Mona Freeman, Herbert Marshall

Un Homme fait la loi
(The Good Guys and the Bad Guys), 1969, de Burt Kennedy
Avec Robert Mitchum, George Kennedy, David Carradine

Macao - Le Paradis des mauvais garcons
(Macao), 1952, de Josef von Sternberg
Avec Robert Mitchum, Jane Russell, William Bendix, Gloria Grahame

Les Indomptables
(The Lusty Men, 1952, de Nicholas Ray avec Susan Hayward, Robert Mitchum, Arthur Kennedy, Arthur Hunnicutt, Frank Faylen

La Nuit du chasseur
(The Night of the Hunter), 1955, de Charles Laughton
Avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lillian Gish, James Gleason

La Griffe du passé
(Out of the Past), 1947, de Jacques Tourneur
Avec Robert Mitchum, Jane Greer, Kirk Douglas, Rhonda Fleming

Les Nerfs à vif
(Cape Fear), 1962, de J. Lee Thompson
Avec Gregory Peck, Robert Mitchum, Polly Bergen, Lori Martin

Massacre pour un fauve (Rampage), 1963, de Phil Karlson
Avec Robert Mitchum, Jack Hawkins, Elsa Martinelli, Sabu

Lame de Fond
(Undercurrent), 1946, de Vincente Minnelli
Avec Katharine Hepburn, Robert Mitchum, Robert Taylor

Feux croisés
(Crossfire), 1947, d’Edward Dmytryk
Avec Robert Mitchum, Robert Young, Robert Ryan, Gloria Grahame

La Femme de l'autre
(Desire me), 1947, de Jack Conway / George Cukor
Avec Greer Garson, Robert Mitchum, Richard Hart

Celui par qui le scandale arrive
(Home from the Hill), 1960 de Vincente Minnelli
Avec Robert Mitchum, Eleanor Parker, George Peppard, George Hamilton, Everett Sloane

Les Combattants de la nuit
(The Night Fighters), 1960, de Tay Garnett
Avec Robert Mitchum, Richard Harris, Anne Heywood, Dan O'Herlihy

Cérémonie secrète
(Secret Ceremony), 1968, de Joseph Losey
Avec Elizabeth Taylor, Robert Mitchum, Mia Farrow

Trahison à Athènes
(The Angry Hills),1959, de Robert Aldrich
Avec Stanley Baker, Robert Mitchum, Elisabeth Müller, Gia Scala

Flammes sur l'Asie
(The Hunters), 1958, de Dick Powell
Avec Robert Mitchum, Robert Wagner, Richard Egan, May Britt

Trente secondes sur Tokyo
(Thirty Seconds over Tokyo), 1944, de Mervyn Le Roy
Avec Van Johnson, Robert Mitchum, Spencer Tracy, Robert Walker

La Colère de Dieu
(The Wrath of God), 1962, de Ralph Nelson
Avec Robert Mitchum, Frank Langella, Rita Hayworth, John Colicos, Ken Hutchison

Belle mais dangereuse
(She Coundn’t Say No), 1954, de Lloyd Bacon
Avec Robert Mitchum, Jean Simmons, Arthur Hunnicutt, Edgar Buchanan)

Passion sous les tropiques
(Second Chance), 1953, de Rudolph Maté
Avec Robert Mitchum, Linda Darnell, Jack Palance, Roy Roberts

Mon passé défendu
(My Forbidden Past), 1951, de Robert Stevenson
Avec Robert Mitchum, Ava Gardner, Melvyn Douglas, Lucile Watson

Voyage sans retour
(Where Danger Lives), 1950, de John Farrow
Avec Robert Mitchum, Faith Domergue, Claude Rains, Maureen O'Sullivan

Rachel and the Stranger
(Rachel et l'étranger), 1948, de Norman Foster
Avec Loretta Young, Robert Mitchum, William Holden, Gary Gray

Le Médaillon
(The Locket=, 1946, de John Brahm
Avec Robert Mitchum, Laraine Day, Brian Aherne, Gene Raymond

Une minute avant l'heure
(One Minute to Zero), 1952, de Tay Garnett
Avec Robert Mitchum, Ann Blyth, William Talman, Charles McGraw

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 07/01/2010 @ 15:24
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 573308 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,076 secondes