Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Vendredi 18 août 2017

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Août  2017 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
31 01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 01 02 03

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

PALMARES CANNES 2009

LE PALMARES

Palme d’or : Le Ruban blanc, de Michael Haneke (Autriche)

Grand Prix : Un prophète, de Jacques Audiard (France)

Prix exceptionnel du Festival de Cannes : Alain Resnais

Prix d’interprétation masculine : Christoph Waltz dans Inglourious Basterds, de Quentin Tarantino (Etats-Unis)

Prix d’interprétation féminine : Charlotte Gainsbourg dans Antichrist, de Lars von Trier (Danemark)

Prix de la mise en scène : Kinatay, de Brillante Mendoza (Philippines)

Prix du scénario : Nuits d’ivresse printanière, de Lou Ye (Chine)

Prix du jury (ex aequo) : Fish Tank, d’Andrea Arnold (Grande-Bretagne), et Thirst, ceci est mon sang… de Park Chan-wook (Corée du Sud)

Caméra d’or (premier film) : Samson et Dalila, de Warwick Thornton (Australie)

LES AUTRES PRIX

Caméra d'or : Samson and Delilah, de Warwick Thornton (Australie). Mention spéciale : Ajami, de Scandar Copti et Yaron Shani (Israël).

Palme d'or du court métrage : Arena, de Joao Salaviza (Portugal).

Un certain regard : Prix Un certain regard, Dogtooth, de Yorgos Lanthimos (Grèce). Prix spécial ex-aequo, Le Père de mes enfants, de Mia Hansen-Love (France) et Les Chats persans, de Bahman Ghobadi (Iran).

Fédération internationale de la presse cinématographique : Le Ruban blanc, de Michael Haneke.
Prix de l'éducation nationale : Le Ruban blanc, de Michael Haneke.

AVIS GLANES DANS LA PRESSE SUR LE PALMARES

Cannes : un palmarès de compromisLa rédaction, avec Michel Pascal (Source RMC.fr)
"Le 62ème Festival de Cannes s'est terminé ce dimanche 24 mai. Le jury, présidé par une Isabelle Huppert déterminée, a rendu un palmarès audacieux.
Le Festival de Cannes 2009 est fini. Son jury, présidé d'une main de fer par l'actrice Isabelle Huppert, a rendu son verdict dimanche 24 mai, après bien des discussions, parfois houleuses. Isabelle Huppert voulait donner la Palme d'or au sulfureux Antichrist de Lars Von Trier. James Gray, le réalisateur américain de La nuit nous appartient et Two Lovers, a lui adoré le polar noir et fascinant Un prophète de Jacques Audiard. Résultat : c'est Le Ruban blanc de l'Autrichien Michael Haneke qui a reçu la Palme. Une palme méritée cependant, pour ce film en noir et blanc, sur la montée du nazisme en 1913 dans un petit village allemand. Avec une bande de jeunes choristes très inquiétants, des anges blonds qui sont les futurs nazis des années 30.

Bisbilles dans le jury
Isabelle Huppert est connue dans le métier pour ça. Quand elle arrive sur un plateau, de cinéma ou de télévision, elle met 3 heures à régler les lumières. Tous les techniciens et metteurs en scène le savent ; ça fait partie du jeu de cette "gentille tyrannique". Nommée présidente le 3 janvier, elle a composé le jury avec Gilles Jacob, le directeur du Festival. Elle ne voulait aucun Français dans le jury, pas plus que sur la scène hier soir pour remettre un prix. L'affaire Adjani est là pour le prouver : Isabelle Huppert n'a pas voulu qu'Isabelle Adjani remette la Palme d'or ; du coup, cette dernière a remis la Caméra d'or, alors que la Présidente du jury n'était pas encore sur scène."

"Lors du Festival de Cannes 2008, le palmarès décerné par Sean Penn et ses acolytes pouvait se lire comme une défense du cinéma engagé dans le monde. Les trophées décernés ce dimanche 24 mai ressemblent plus à un échantillon représentatif des films retenus pour la compétition de cette 62e édition.
Le jury présidé par Isabelle Huppert n'a pu choisir entre toutes les idées du cinéma qui se sont entrechoquées deux semaines durant. La récompense suprême est allé à un cinéaste d'une grande acuité intellectuelle. Avec Le Ruban blanc, Michael Haneke change sa manière mais garde sa misanthropie. Rien à voir avec les fantasmes adolescents que Quentin Tarantino projette sur la Seconde Guerre mondiale, dans Inglourious Basterds, pourtant récompensé d'un prix d'interprétation.
Ces derniers jours, les festivaliers échangeaient des rumeurs faisant état de dissensions au sein du jury. Ce palmarès les reflète peut-être.
Cette fragmentation tient avant tout à la nature de la sélection 2009. Dans cette galaxie d'après-big bang, le jury a semblé aller au petit bonheur dès le début de la cérémonie, en attribuant le plus petit des prix, celui du jury, ex-aequo à Fish Tank et au film de vampires Thirst, ceci est mon sang..., du Coréen Park Chan-wook.
Les efforts d'Edouard Baer, le maître de cérémonie, pour contrebalancer l'impression glaciale que laissait le jury ont été couronnés de succès. Mais le pauvre Terry Gilliam, présent à Cannes avec un film hors compétition, n'a pas réussi à dérider la présidente en faisant semblant de croire qu'il était le lauréat du prix de la mise en scène qu'il devait remettre à Brillante Mendoza pour Kinatay.
L'ordonnancement presque mécanique du défilé des lauréats a encore été bousculé par Alain Resnais. Plutôt que de récompenser Les Herbes folles, son long métrage en compétition, qui témoigne d'une vigueur créatrice intacte à presque 87 ans, le jury lui a décerné un prix spécial pour l'ensemble de sa carrière. Accueilli par une ovation, le maître l'a accepté avec une grâce lucide, faisant applaudir toute son équipe, insistant sur la dimension collective du cinéma.
En arrivant aux deux derniers trophées, le Grand Prix et la Palme d'or, l'impression est venue que les récompenses n'avaient été jusqu'ici égrenées que dans un rituel préparatoire au règlement de la grande question de la soirée : fallait-il attribuer la Palme à Un prophète de Jacques Audiard ? Les arguments contre ce choix relevaient surtout de la diplomatie. En 2008, un film français, Entre les murs, de Laurent Cantet, a reçu la récompense suprême. De plus, la présidente du jury de ce festival était française.
Les arguments en faveur d'Un prophète tenaient surtout à la remarquable unanimité qu'il a suscitée, chez les professionnels français, dans la presse et chez les acheteurs de films internationaux.
Jacques Audiard et son film se sont finalement arrêtés juste avant la plus haute marche et Un prophète est reparti avec le Grand Prix. Il ne restait plus à la lauréate du prix d'interprétation féminine 2001, pour La Pianiste, de Michael Haneke, qu'à décerner la Palme d'or au même Michael Haneke. C'est à ce moment qu'Isabelle Huppert s'est départie de sa réserve et a étreint le metteur en scène du Ruban blanc. Celui-ci a reconnu qu'il était peu familier de la sensation de bonheur et a avoué que, pour une fois, il se sentait heureux.
On a eu une dernière preuve que cette 62e édition n'était pas tout à fait comme les autres. Le film projeté en clôture, Coco Chanel et Igor Stravinsky, de Jan Kounen, qui raconte leur liaison, n'était pas, contrairement à la tradition, dépourvu d'intérêt.
Cette singularité du Festival de Cannes 2009 tenait pour une bonne part à une accumulation de déceptions, impossibles à deviner au vu de la liste des films. Ce n'est pas le lieu de les énumérer, d'autant qu'elles ne sont pas universellement partagées. De nombreux festivaliers ont trouvé du plaisir au spectacle de Quentin Tarantino lutinant l'Histoire, et d'autres tiennent Brillante Mendoza pour un metteur en scène plus novateur que Johnnie To.
Finalement, c'est sans doute le film le plus hué du Festival, Soudain le vide, de Gaspar Noé, qui reflète le mieux la sensation dominante de cette édition. Les expériences psychotropes de Noé induisent une désorientation violente. Et comme le héros de Soudain le vide, entre ici-bas et au-delà, le cinéma tel qu'il s'est montré au 62e Festival de Cannes ne sait pas très bien où il est, où il va."
Thomas Sotinel - Le monde

Cannes : un palmarès de compromis
palmarès audacieux.
jury, présidé d'une main de fer par l'actrice Isabelle Huppert
palmarès un peu bancal

Petite palme entre amis,
"Le ruban blanc", film fort sur le fond mais diversement apprecié sur la forme.

Isabelle Huppert, présidente à poigne
Isabelle Huppert qui présidait le jury de ce 62 e Festival de Cannes, n’a laissé à personne le soin de remettre la Palme d’or à l’Autrichien Michael Haneke.
l’actrice aux deux prix cannois d’interprétation (« Violette Nozières » et « la Pianiste ») a imposé ses convictions, n’hésitant pas à froisser certains jurés. Il est avéré que James Gray, le réalisateur de « La nuit nous appartient » et « Two Lovers » est entré en conflit ouvert avec elle. La fantasque Italienne Asia Argento a également dû subir les foudres de la présidente, en raison de ses sorties nocturnes répétées. « Vous feriez mieux de voir les films plutôt que d’aller faire la fête ! » aurait-elle lancé à la belle Asia. Laquelle, sans se démonter, aurait rétorqué : « Vous n’êtes pas ma mère ! »

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 25/05/2009 @ 21:50
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 578037 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,086 secondes