Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Dimanche 5 décembre 2021

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Décembre  2021 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
29 30 01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 01 02

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

HOWARD HAWKS - FILMOGRAPHIE


1928 - A GIRL IN EVERY PORT



1932 - LA FOULE HURLE (THE CROWD ROARS)



1932 - SCARFACE



1933 - APRES NOUS LE DELUGE (TODAY WE LIVE)



1934 - VIVA VILLA



1938 - L'IMPOSSIBLE MONSIEUR BEBE (BRINGING UP BABY)

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : Comédie
Durée : 1 heure 45 minutes
Musique : Roy Webb

Avec : Cary Grant (David Huxley), Katharine Hepburn (Susan Vance), Charles Ruggles (Horace Applegate), May Robson (la tante Elizabeth), Barry Fitzgerald (Gogarty), Virginia Walker (Alice Swallow), Walter Carlett (Slocum), George Irving (Peabody)

Résumé
Un paléontologue est sur le point de se fiancer avec son assistante quand il rencontre une jeune héritière extravagante et son gentil léopard.

David Huxley, professeur de zoologie, s'apprête à épouser Alice Swallow, son assistante, une femme froide et glaciale. Il lui faut auparavant terminer un travail commandé par le musée Stuyvesant, la reconstitution du squelette d'un gigantesque brontosaure. Il est sur le point d'achever sa tâche lorsque Susan Vance, une héritière écervelée et impétueuse rencontrée au golf, vient bouleverser sa vie. Susan, pétulante miss catastrophe, a pour animal de compagnie un léopard, joliment prénommé Bébé. C'est le début d'un scénario apocalyptique pour David. Bébé ne trouve en effet rien de mieux à faire que de s'emparer de la clavicule du brontosaure...

"Pur chef-d'œuvre de la comédie américaine, orchestré avec une autorité et un humour renversants, servi par une distribution de rêve, dominée par l'incomparable Cary Grant. Cela fait beaucoup de compliments? Pas assez."
Téléobs - Pascal Mérigeau



1939 - SEULS LES ANGES ONT DES AILES (ONLY ANGELS HAVE WINGS)

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : Aventures
Durée : 2 heures 5 minutes
Musique : Dimitri Tiomkin

Avec : Cary Grant (Geoff Carter), Jean Arthur (Bonnie Lee), Rita Hayworth (Judy MacPherson), Richard Barthelmess (Bat Kilgallen), Thomas Mitchell (Kid Dabb), Allyn Joslyn (Les Peters), Sig Ruman (John Van Reiter), Victor Kilian (Sparks)

Résumé
Une show-girl égarée fait irruption dans le monde viril des pilotes d'une compagnie aéropostale sud-américaine et s'éprend de leur rude directeur.

Durant une escale à Barranca, en Amérique du Sud, Bonnie Lee, une danseuse, rencontre Geoff Carter, qui y dirige une ligne de la compagnie aéropostale. Joe, l'un des pilotes, périt accidentellement lors de l'atterrissage. La jeune femme est alors frappée par l'attitude extrêmement dure de Carter envers ses hommes. La ligne postale ne peut subsister sans de nouveaux capitaux et ceux-ci ne seront accordés que si un certain nombre de voyages sont effectués en un temps donné, quelles que soient les conditions atmosphériques ou la fatigue des pilotes. Geoff demande à Bonnie de repartir. Il est trop tard. Bonnie est amoureuse de l'implacable pilote...

Autres avis
"Alors ça, c'est une pure merveille et carrément un des meilleurs films de Hawks, sinon le meilleur. Et tout cela avec des riens ou des pas grand-chose, et toujours sans avoir l'air d'y toucher. Décrochez le téléphone!"
Téléobs



1940 - LA DAME DU VENDREDI (HIS GIRL FRIDAY)

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : Comédie
Durée : 1 heure 35 minutes
Musique : Sidney Cutner , Felix Mills

Avec : Cary Grant (Walter Burns), Rosalind Russell (Hildy Johnson), Ralph Bellamy (Bruce Baldwin), Gene Lockhart (Pinky Hartwell), Helen Mack (Mollie Malloy), Porter Hall (Murphy), Ernest Truex (Bensinger), Cliff Edwards (Endicott)

Résumé
Le rédacteur en chef d'un journal tente de reconquérir par tous les moyens son ancienne petite amie, qui est aussi sa meilleure collaboratrice.

Hildy Johnson ne souhaite plus partager les jours et les nuits de Walter Burns, le rédacteur en chef du journal qui l'emploie. Elle le quitte, lui présente sa démission et lui annonce dans la foulée qu'elle souhaite se marier avec Bruce Baldwin, un assureur. Walter, qui n'en a cure, se met en tête de reconquérir la jeune femme par tous les moyens, même les plus loufoques. Passionnée par son travail, Hildy accepte cependant de couvrir un dernier événement pour Walter, l'exécution d'un condamné à mort qui clame depuis toujours son innocence. Ce dernier parvient à s'évader et se réfugie dans les locaux du journal. La police retrouve sa trace...

"Les dialogues partent en rafale, que c'en est un vrai bonheur. Tous les records de "mots-minute" furent en effet battus (à dessein) et il n'est pas certains qu'ils aient depuis été approchés. Irrésistible !"
Téléobs - Bernard Achour



1941 - SERGENT YORK (SERGEANT YORK)





1942 - BOULE DE FEU (BALL OF FIRE)



1943 - LE BANNI (THE OUTLAW)




1943 - AIR FORCE



1944 - LE PORT DE L'ANGOISSE (TO HAVE AND HAVE NOT)



1946 - LE GRAND SOMMEIL (THE BIG SLEEP)



1948 - SI BEMOL ET FA DIESE (A SONG IS BORN)





Les autres parties dans l'ordre sur youtube :

SI BEMOL ET FA DIESE 2
SI BEMOL ET FA DIESE 3
SI BEMOL ET FA DIESE 4
SI BEMOL ET FA DIESE 5
SI BEMOL ET FA DIESE 6
SI BEMOL ET FA DIESE 7
SI BEMOL ET FA DIESE 8
SI BEMOL ET FA DIESE 9
SI BEMOL ET FA DIESE 10
SI BEMOL ET FA DIESE 11
SI BEMOL ET FA DIESE 12
SI BEMOL ET FA DIESE 13

1948 - LA RIVIERE ROUGE (RED RIVER)



1949 - ALLEZ COUCHER AILLEURS (I WAS A MALE WAR BRIDE)



1951 - LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE (THE THING FROM ANOTHER WORLD)



1952 - LA CAPTIVE AUX YEUX CLAIRS (THE BIG SKY)



1952 - LA SARABANDE DES PANTINS(O' HENRY'S FULL HOUSE - 4 ème sketch "The ransom of Red Chief)



1952 - CHERIE JE ME SENS RAJEUNIR (MONKEY BUSINESS)



1953 - LES HOMMES PREFERENT LES BLONDES (GENTLEMEN PREFER BLONDES)

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : Comédie musicale
Durée : 1 heure 30 minutes
Musique : Lionel Newman

Avec : Jane Russell (Dorothy Shaw), Marilyn Monroe (Lorelei Lee), Charles Coburn (sir Francis Beekman), Elliott Reid (le détective Malone), Tommy Noonan (Gus Esmond), George Winslow (Henry Spofford III), Marcel Dalio (le juge), Taylor Holmes (Esmond)

Résumé
Deux danseuses de music-hall qui partagent la même passion pour les hommes et les diamants s'adonnent à leur passe-temps favori lors d'une croisière animée.

Lorelei et Dorothy, deux ravissantes danseuses de music-hall, partagent la même passion pour les hommes. Dorothy aime les collectionner pour leur charme tandis que Lorelei ne voit en eux que le plus court chemin entre elle et les diamants qui sont ses seuls véritables amis. Elle a réussi à séduire un riche héritier, Gus Esmond, qui lui offre une croisière en Europe, avec Dorothy comme chaperon. Cependant, Gus, méfiant, charge Malone, un détective privé, de surveiller Lorelei. Celui-ci tombe amoureux de la brune Dorothy, alors que Lorelei rencontre sir Francis Beekman, un vieux milliardaire, qui pourrait bien être un itinéraire plus rapide vers les fameux diamants...

"Dire que ce cinéma-là pète la santé serait en-dessous de la verité: le père Hawks règne sur tous les charmes et les muscles ici réunis avec cet air goguenard qui rend heureux et empêche à jamais de se prendre au sérieux."
Téléobs - Pascal Mérigeau



1955 - LA TERRE DES PHARAONS (LAND OF THE PHARAOBS)

ANECDOTES

- Propos d' Howard Hawks
Sur le film : "Nous ne savions pas ce que pouvait bien fabriquer un pharaon. Je trouvais le film formidable pour tous les mouvements de foule et tout ça, mais j'ai commis une erreur : j'aurais dû mettre là-dedans quelqu'un qu'on ait envie de soutenir. Tous les personnages étaient des fils de putes....J'avias fourni un si mauvais travail que j'ai pensé que je ferais mieux de me détendre, en essayant de comprendre ce qui s'était passé. Ca m'a mis en quelque sorte dans une nouvelle disposition d'esprit" (il attendit 4 ans avant de réaliser son film suivant Rio Bravo)








1958 - RIO BRAVO

PHOTOS

Photos - Galerie 1



1962 - HATARI

Réalisation : Howard Hawks
Scénario : Leigh Brackett
Musique : Henry Mancini
Genre : Aventure
Durée : 159 minutes
Date de sortie : 17 décembre 1962

Avec : John Wayne : Sean Mercer
Elsa Martinelli : Anna Maria D'Allessandro, dite “Dallas”
Hardy Krüger : Kurt Müller
Gérard Blain : “Chips” Chalmoy
Michèle Girardon : “Brandy” de la Corte
Red Buttons : “Pockets”
Bruce Cabot : “L'Indien” (Little Wolf)
Valentin De Vargas : Luis Francisco Garcia Lopez
Eduard Franz : Le docteur Sanderson

ANECDOTES

- Propos d' Howard Hawks
Sur le film : "Hatari! racontait une histoire de chasse. Ca commençait avec le début, les préparatifs, et ça se terminait quand la chasse était finie. C'était une histoire toute simple. C'était juste un groupe de gens qui gagnaient leur argent en chassant pour des cirques. ...
Nous avions tellement de bonnes scènes à tourner, parce que tout s'enchaînait. Les épisodes étaient si bons - de fait, l'histoire n'était pas aussi bonne que les épisodes."

- Pour la distribution, Hawks avait d'abord songé à Stella Stevens puis se ravisa qu'il ne pouvait pas utiliser une fille blonde en Afrique et rechercha une fille plus naturelle, Elsa Martinelli dont le bout d'essai fut concluant. ("Elle était charmante dans tout ce qu'elle faisait").
A l'origine Clark Gable devait jouer dans le film aux côtés de Wayne. Ils auraient aimé la même fille, la femme photographe mais la Paramount, venant d'être reprise en main, n'avait pas assez d'argent pour engager un autre premier rôle masculin.

- Les acteurs d'Hatari se sont livrés pour de bon à des captures d'animaux.

- Le tournage qui durera près de cinq mois démarre le 28 Novembre 1960 autour d’un camp construit en Tanzanie au pied du Kilimanjaro.

- Hatari ou hatwari est issue du swahili et signifie attention, danger.

PHOTOS

Photos - Galerie 1



1964 - LE SPORT FAVORI DE L'HOMME (MAN'S FAVORITE SPORT)

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : Comédie sentimentale
Durée : 2 heures
Musique : Henry Mancini
Avec : Rock Hudson (Roger Willoughby), Paula Prentiss (Abigail Page), Maria Perschy (Easy Mueller), John McGiver (William Cadwalader), Charlene Holt (Tex Connors), Roscoe Karns (le major Phipps), Norman Alden (John «Screaming Eagle»), Kathie Browne

Un vendeur d'articles de pêche hésite entre participer à un important concours de pêche et le coeur de la jeune femme qui organise l'événement.

Roger Willoughbby est un sympathique vendeur d'articles de pêche travaillant dans un magasin réputé de Floride. Mais il est également un excellent pêcheur. Afin de faire parler de son commerce, son patron décide de l'inscrire à son insu à un grand concours sur le lac Wakapooge. Confiant dans le talent de son employé, il espère ainsi un formidable coup de publicité. Pour Roger, c'est une mauvaise nouvelle. En effet, il n'a jamais révélé à qui que ce soit qu'il détestait la pêche. Pire : manger du poisson l'horripile. Après avoir été contraint de révéler à l'organisatrice du concours, la charmante Abigail Page, qu'il détestait le poisson, il remporte brillamment l'épreuve...

ANECDOTES

- Propos d'Howard Hawks :
Sur Rock Hudson : "Ma foi, Rock a travailé dur, il a fait ce qu'il a pu, mais ce n'est pas un comique. Et quand vous avez imaginé quelqu'un dans un rôle, que vous essayez d'obtenir ce résultat-là, c'est un travail terriblement éprouvant, parce que ça ne sort pas comme il le faudrait. Et, pourtant malgré tout, nous avons fini par faire un assez bon film."
Sur Paula Prentiss : "Je pense que Paula Prentiss est bonne. Elle devrait être une grande vedette de comédie. Je ne ccomprends pas ce qui se passe."

PHOTOS

Photos - Galerie 1

CRITIQUES

Mon avis :

Autres avis :

"Rock Hudson en pêcheur à la ligne ne vaut peut-être pas Gary Grant en paléontologue dans "L'impossible Monsieur bébé", rnais voilà une bonne comédie de Hawks où les femmes ont, conlme d'habitude, le dernier mot."
Téléobs - Bernard Achour




1965 - LIGNE ROUGE 7000 (RED LINE 7000)


Réalisateur : Howard Hawks
Scénario : George Kirgo, Steve McNeil, Leigh Brackett
Société de production : Paramount Pictures, Laurel Productions
Producteur : Howard Hawks
Producteur associé  : Paul Helmick
Distributeur d'origine Paramount Pictures
Directeur de la photographie : Milton R. Krasner
Ingénieurs du son  : John Carter, John Wilkinson, Keith Stafford
Compositeur de la musique : Nelson Riddle
Costumes : Edith Head
Monteurs : Bill Brame, Stuart Gilmore
Dates de tournage : Début 19 janvier 1965 - Fin 16 avril 1965
Sortie en France : 24 juin 1966
Procédé image 35 mm - Couleur
Durée  : 110 mn

Avec :
James Caan (Mike Marsh)
Laura Devon (Julie Kazarian)
Gail Hire (Holly MacGregor)
Charlene Holt (Lindy Bonaparte)
John Robert Crawford (Ned Arp)
Marianna Hill (Gabrielle "Gaby" Queneau)
James Ward (Dan McCall)
Norman Alden (Pat Kazarian)
George Takei (Kato)
Diane Strom (la réceptionniste)
Anthony Rogers (Jim Loomis)
Carol Connors (un serveuse)
Cissy Wellman (un serveuse)
Beryl Hammond (un serveuse)
Leslie Summers (un serveuse)
Forrest Lewis (Jenkins)
Dee Hartford (Dinah)
Ann Morell (une fille au café)
John Gabriel (Jake)
Robert Donner (Leroy Agers)
Craig Chudy (un pilote)
Jerry Lewis (un pilote)
Joel Allen (le recteur)

HISTOIRE COMPLETE

La course automobile de Daytona est une des plus dangereuses des Etats-Unis : Jim Loomis vient d'y laisser sa vie. C'était l'as de l'écurie de Pat Kazarian qui a besoin d'un autre champion et le trouve en la personne du jeune Ned Arp, un pilote aussi habile et audacieux que Loornis. Ce dernier avait une amie, Holly McGregor, qui s'imagine porter malheur aux hommes qu'elle aime et, pour cela, résiste aux avances de Mike March, l'équipier de Jim et celle de Dan McCall, un autre pilote de Kazarian qui entretient d'orageuses relations avec une Française, Gaby.
Holly s'est associée avec une autre veuve de coureur, Lindy Bonaparte, et a ouvert un club -le Holiday Inn - qui devient le lieu de rendez-vous de tous les coureurs automobiles. Ceux-ci y mènent leur vie sentimentale comme une épreuve sportive, avec le seul souci de gagner, traitant les femmes comme des mécaniques a peine différentes de celles de leurs bolides. Ainsi de Ned Arp, qui séduit et trompe Julie, la fille de Kazarian. Et Mike Marsh agit avec la même désinvolture avec la belle Gaby. L'entraînement, les courses sont tes seuls moments où ces hommes croient révéler le meilleur d'eux-mêmes, à l'instant précis où l'aiguille du compte-tours atteint la fameuse ligne rouge 7000, seuil critique pour le moteur au maximum de sa puissance.
Aussi leur vie privée n'est-elle que secondaire. Pat Kazarian, qui a demandé à Ned Arp de choisir entre sa fille et la course, le vérifie à ses dépens : son champion le plante là et s'en va courir ailleurs...

ANECDOTES

- Hawks avait déjà abordé l'univers de la course automobile en 1932 avec LA FOULE HURLE (The Crowd Roars), interprété par James Cagney. A cette époque, il avait monté des caméras sur des voitures qui avaient suivi les as du volant sur les circuits d'Indianapolis, Ventura et Ascot. Pour LIGNE ROUGE 7000, l'opérateur des séquences de courses, Larry Frank, était à bord d'un véhicule qui pouvait atteindre les 260 km/h.

- James Caan, né en 1939, n'avait tourné que trois films depuis ses débuts au cinéma en 1963. Hawks le reprit dans la distribution de son film suivant EL DORADO (1967), et c'est sans doute grâce à lui que Caan poursuivit une brillante carrière qu'aucun des jeunes interprètes de LIGNE ROUGE 7000 ne connut.

" Ce film n'est pas bon " a déclaré le cinéaste (" Hawks on Hawks ", California Press, 1982) alors que la critique.française, en particulier " Les Cahiers du Cinéma ", le salua comme un des meilleurs de son auteur.
Propos d'Howard Hawks :
"ce film-là n'était pas bon. J'essayais quelque chose, je tentais une expérience. J'avais trois bonnes histoires à propos des courses, mais aucune d'entre elles ne pouvait donner un film, alors j'ai pensé que je pouvais peut-être les mélanger. Et juste au moment où j'avais fait en sorte que les gens s'intéressent à deux personnes, je coupais et je commençais à en introduire deux autres, et quand le public s'attachait à elles, je passais à deux suivantes, et assez vite le public en avait marre et moi avec. Pour parler plus sérieusement, je pense qu'il y avait d'assez bonnes choses dedans, mais que pour un divertissement, j'ai raté mon coup. Quelques scènes individuellles me semblent assez réussies et de nombreuses scènes de course étaient remarquables. Mai je ne suis pas fier du film dans son ensemble."

PHOTOS

Photos - Galerie 1









1967 - EL DORADO

Réalisateur : Howard Hawks
Genre : western
Durée : 2 heures 10 minutes
Musique : Nelson Riddle

Avec : John Wayne (Cole Thornton), Robert Mitchum (le shérif JP Harrah), James Caan (Alan «Mississippi» Bourdillion Traherne), Charlene Holt (Maudie), Arthur Hunnicutt (Bull Harris), Michele Carey (Josephine «Joey» McDonald), RG Armstrong (Kevin McDonald), Edward Asner (Bart Jason)

RESUME
Un cow-boy à demi paralysé et un shérif alcoolique tentent d'empêcher les vils projets d'un riche propriétaire de ranch qui tyrannise de braves fermiers.

Cole Thornton arrive à El Dorado, une petite ville du Texas où il a trouvé du travail dans le ranch de Bart Jason. Il rencontre son vieil ami, JP Harrah, le shérif de la bourgade, et apprend de sa bouche que son nouvel employeur est un petit tyran, qui cherche à s'emparer des terres d'un brave fermier, Kevin McDonald. Thornton décide de vider les lieux. Mais en quittant la ville, il est contraint d'abattre un des fils McDonald et reçoit une balle dans le dos, que le médecin ne parvient pas à extraire. Plus tard, bien loin de là, alors qu'il s'est fait un ami du jeune Mississippi et souffre de paralysie partielle, il apprend qu'un nouveau tueur a été engagé par Bart Jason...

ANECDOTES

- Propos d' Howard Hawks :

Sur les différences par rapport à Rio Bravo : "Dans Rio Bravo, nous avions un garçon très fin tireur; mettons là un garçon qui ne sache pas tirer... Dans Rio Bravo, Wayne était le shérif et son adjoint était un ivrogne. Dans El Dorado, Bob Mitchum était le shérif et l'ivrogne, quant à l'adjoint, il était parfaitement sobre. Dans l'un, vous aviez Dean Martin en ivrogne, dans l'autre Mitchum. Ce sont deux personnes différentes... Je ne vois pas le moindre rapport entre les deux histoires. Il y a bien une ressemblance , mais elle vient du style, de l'écriture, elle vient de ce que c'est réalisé dans la même région, du coup les costumes sont largement identiques."

Sur James Caan : "C'était le premier bon rôle de Caan ... C'est un sacré bon acteur, et ça tournait mieux entre nous au fur et à mesure que nous progressions. ... Il ne savait pas qu'il interprétait une comédie. Pas avant d'assister à l'avant-première. Il est venu me demander : "Pourquoi ne pas m'avoir prévenu que je jouais un rôle comique ? - Tu l'aurais gâché, lui ai-je expliqué. Tu aurais essayé d'être drôle."

Sur Robert Mitchum : "Quand on en a été à la moitié du film, je lui ai lancé : "Tu sais, tu es le plus bel imposteur que j'aie jamais rencontré de toute ma vie." Avec un large sourire, il m'a demandé : "Pourquoi? - Tu fais semblant de te foutre complètement d'une scène et tu es le type le plus bosseur que j'aie jamais connu. -Surtout, a-t-il répliqué, que ça reste entre nous." Je pense que c'est l'un des meilleurs acteurs que j'aie vu. Mais je ne crois pas que Mitchum puisse porter une chose. Il est loin d'avoir la force de Wayne."

PHOTOS

Photos - Galerie 1


CRITIQUES

"Dans l'ombre de "Rio Bravo", c'est certain, mais le film se passe très bien de cette référence obligée, oubliée sitôt les premières images, tant le père Hawks se tient droit dans ses bottes. Quant à Wayne et Mitchum (et James Caan aussi), ils sont parfaits."
Téléobs - Bernard Achour



1970 - RIO LOBO

Réalisateur : Howard Hawks
Scénario : Burton Wohl, Leigh Brackett
Musique : Jerry Goldsmith
Image : William H Clothier
Genre : Western
Durée : 1h54
Tournage : De Mars à Juin 1970 à Cuernavaca, Morelos, Mexique et Old Tucson - 201 S. Kinney Road, Tucson, Arizona, Etats-Unis
Date de sortie en salle : 18 Décembre 1970 aux USA -10 Mars 1971 en FRANCE

Avec : John Wayne (Cord McNally), Jennifer O'Neill (Georgina), Jorge Rivero (Pierre Cordona), Jack Elam (Philips), Chris Mitchum (Tuscarora), Victor French (Kelcharn), Susanna Dosamantes (Maria Carmen), Sherry Lansing (Amelita), David Huddlestone (le docteur Jones), Jim Davis (Riley), Mike Henry (Tom Hendricks), Bill Williams (Pat Cronin), Peter Jason (Le Lt. Forsythe), Robert Donner (Whitey Carter).

HISTOIRE :
A la fin de la guerre de Sécession, un officier nordiste se lance sur la trace d'un traître qui a livré des informations capitales à l'ennemi.

RESUME :
Alors que la guerre de Sécession touche à sa fin, le colonel Cord McNally fait prisonniers un officier sudiste, le capitaine Cordona, et son éclaireur, Tuscarora. Il parvient par ailleurs à récupérer un chargement d'or que les Sudistes avaient dérobé. S'il ne tient pas rigueur de leur conduite à ses ennemis, des militaires comme lui, qu'il ne peut que respecter pour leur loyauté et leur courage, McNally veut en revanche retrouver et punir le traître qui, jadis, avait livré des informations capitales à l'ennemi et causé la mort d'un jeune officier qu'il aimait comme le fils qu'il n'avait jamais eu...

ANECDOTES :

- C'est le dernier film de Howard Hawks, qui prit ensuite sa retraite, se consacrant à l'élevage de chevaux dans son ranch californien. Il devait mourir en décembre 1977. C'est aussi le dernier volet de sa "trilogie westernienne", commencée avec Rio Bravo (1958) et poursuivie avec El Dorado (1967). Les rapports sont évidents entre ces trois films, ainsi que les analogies (outre l'échange de prisonniers et le règlement de comptes final) entre les "groupes" ou personnages principaux, interchangeables : Wayne / Dean Martin / Ricky Nelson / Walter Brennan, puis Wayne / Robert Mitchum / James Caan / Arthur Hunnicutt, enfin Wayne / Jorge Rivero / Chris Mitchum / Jack Elam.

- John Wayne (image vieillissante de son personnage) accepta ce rôle sans même lire le scénario, faisant une entière confiance à Hawks. À ses côtés, la belle Jennifer O'Neill, qui, l'année suivante, fit beaucoup parler d’elle, pour son rôle dans UN ÉTÉ 42 de Robert Mulligan.

- Le titre de tournage était “San Timoteo”.

-Quant à Sherry Lansing, née le 31 juillet 1944 à Chicago, elle devint par la suite productrice, vice-présidente de la M.G.M. puis de la Columbia, devenant même en 1980 la première femme à diriger un grand studio (la Twentieth Century-Fox). En 1982, elle démissionna pour s’associer avec Stanley R. Jaffe et fonder une compagnie indépendante. Elle devint ensuite présidente de la Paramount et épousa le cinéaste William Friedkin.

- C'est pendant le tournage que John Wayne reçut son Oscar du meilleur acteur pour 100 dollars pour un shérif (1969). À son retour de la cérémonie, tous les membres de la troupe portaient un bandeau sur l'oeil... y compris son cheval!

- Propos d' Howard Hawks
Sur le film : "Je n'ai pas trouvé que c'était réussi. Je l'ai fait seulement parce que j'avais une histoire formidable. C'aurait pu être un bon film, mais, à ce moment là, le studio (Cinema Center Films) avait si mal géré ses affaires qu'ils ne pouvaient pas se permettre d'engager un autre bon acteur là-dedans, avec Wayne."

Sur Jorge Rivero : "Il était joli garçon et il était baraqué; il a représenté le Mexique aux Jeux Olympiques (comme nageur en 1964). Mais pour la plus petite réplique,il lui fallait penser en espagnol et, ensuite, traduire mentalement son texte en anglais. Il était vraiment trop lent et n'avait pas la moindre autorité."

Sur Jennifer O'Neill : "...Elle a commencé par travailler correctement, mais comme je lui avais donné la vedette, elle s'est prise pour une star. Elle est arrivée sur les extérieurs avec une bonne, deux enfants, trois chiens et un mari avec lequel elle se bagarrait. Elle n'avait pas de quoi payer sa note d'hôtel. Une nana stupide. Elle avait une chance de se mettre en valeur. C'est une fille si belle, elle aurait pu tirer son épingle du jeu."

PHOTOS

Photos - Galerie 1

CRITIQUES

Mon avis

Autres Critiques

www.dvdclassik.com/Critiques/rio-lobo-dvd.htm

forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?t=996

"Le dernier western d'un géant. Hawks y a convoqué autour de John Wayne tous les thèmes qui ont nourri son oeuvre. Passionnant."
www.linternaute.com

"Pour son dernier film, Howard Hawks signe un western léger et plein d'humour, évocateur ,à bien des égards, de ses chefs-d'œuvre d'antan comme « Rio bravo » ou « Eldorado ».
Télé7

"Nouvelle variation (après "El Dorado") sur le thème de "Rio Bravo", le dernier film de Howard Hawks n'est guère passionnant, mais il ne faut surtout pas le dire à n'importe qui."
Téléobs - Pascal Mérigeau

"Ce beau western classique, mouvementé et non dénué d'humour, fut le dernier film du chevronné Howard Hawks, qui fit ici preuve, à 74 ans, d'une dextérité intacte."
Téléstar

"Ce dernier film de Howard Hawks est ordinairement très sous-estimé et qualifié de western raté. Il est pourtant un digne successeur de Rio bravo et El Dorado dont il décline les mêmes épisodes (une prison vécue comme un camp retranché, une attaque de ranch, un échange de prisonniers avec utilisation de dynamite) et la même typologie de personnages :

Rio Bravo / El Dorado / Rio Lobo
John Wayne : John T Chance / Cole Thornton/ McNally
adulte faible: Dude (Dean Martin) / Jimmy Harrah (Robert Mitchum) / le lieutenant Forsythe
Jeune homme : Ricky Nelson (Colorado) / James Caan (Mississippi) /Jorge Rivero ( Pierre Cordona)
Vieillard : Walter Brennan (Stumpy) / Arthur Hunnicutt (Bugle) / Jack Elam (Phillips)
Femme : Angie Dickinson (Feathers) / Charlene Holt (Maud) / Jennifer O'Neill (Shasta Delaney)
Méchant : John Russell (Nathan Burdette) / Edward Asner (Bart Jason) / Victor French (Ketcham)

L'humour y est tout aussi présent. John Wayne, qui a grossi, est qualifié de bébé baleine et le dentiste est obligé de lui faire réellement mal car il est "trop mauvais acteur". La séquence du bivouac qui voit l'amour naissant de Cordona et de Shasta est très réussie et Wayne s'y fera traiter de vieil homme "confortable".
Les femmes y sont très présentes. Non seulement Jennifer O'Neill vaut bien Charlene Holt dans El Dorado et Angie Dickinson dans Rio bravo mais son rôle, celui de Shasta Delaney est bien plus travaillé que celui de Maud ou Feathers précédemment. Elle fut d'abord mal mariée à un joueur qui la battait et le vieux Charlie fut le seul à la protéger de la concupiscence des hommes. Elle fait preuve d'un humour féroce envers Cordona dont elle révèle gentiment la niaiserie (un dernier baiser avant de mourir) ou envers McNally auquel elle reproche d'arriver un peu tard ayant du faire durer son discours de pimbêche face au gardien du ranch. Shasta participe ainsi donc à l'action ce que ne firent ni Feathers ni Maud.
Le courage de Shasta se décline aussi dans les deux autres personnages féminins de Maria et Amelita qui seront les compagnes de Tuscarora et McNally.
C'est donc par la formation de trois couples que se termine l'oeuvre de Hawks."
Ciné-club de Caen.


VIDEOS



DOCUMENTAIRES

Les hommes qui ont fait le cinéma
Durée : 1 heure

Le sujet
La carrière prolifique de l'un des réalisateurs les plus doués de Hollywood, réalisé à partir d'images d'archives et d'interviews de l'intéressé.

Ancien pilote de course et officier de l'aviation dans l'armée de l'air pendant la Première Guerre mondiale, Howard Hawks entre dans les studios de Hollywood en 1922, en tant que scénariste. En 1925, il réalise son premier film, «L'ombre qui descend». Touche-à-tout, il se révèle à l'aise dans le western, le film noir et la comédie, sans oublier le genre policier. A sa sortie, en 1932, «Scarface», qui raconte le parcours du mafieux Al Capone, avait suscité le scandale. «L'Impossible monsieur Bébé», «Les hommes préfèrent les blondes» ou encore «Rio Bravo» font partie de l'histoire du cinéma.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 23/04/2009 @ 21:04
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 911436 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,113 secondes