Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Jeudi 30 mars 2017

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Mars  2017 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
27 28 01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 01 02

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

CESARS 2008

33 ème cérémonie
Président : Jean Rochefort
Maîtresse de cérémonie : Antoine De Caunes

PALMARES

Meillleur Espoir dans un rôle masculin : Laurent Stocker pour Ensemble, c'est tout
Meilleur court métrage : Le Mozart des pickpockets de Philippe Pollet-Villard
Meilleur Pemier film : Persépolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud
Meilleure Musique : Alex Beaupin pour "Les Chansons d'amour" de Christophe Honoré
Meilleur Costumes : Marit Allen pour "La Môme" de Olivier Dahan. A titre posthume
César d'honneur : Roberto Benigni pour l'ensemble de son oeuvre
Meilleur espoir féminin : Hafsia Herzi pour La Gaine et le mulet
Meilleur son : Jean-Paul Hurier pour La Môme
Meilleur Décor : Jean-Paul Hurier pour La Môme
Meilleur Second rôle masculin : Sami Bouajila, pour Les Témoins de André Téchiné
César d'Honneur : Jeanne Moreau
Meilleure adaptation : Persépolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud.
Meilleure film étranger : La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck.
Meilleur actrice pour un second rôle : Julie Depardieu, pour Un Secret (troisième César de sa carrière)
Meilleur Documentaire : L'Avocat de la Terreur de Barbet Schroeder
Meilleur scénario : Abdellatif Kechiche, pour La Graine et le Mulet
Meilleure Photographie : Tetsuo Katao, pour La Môme
Meilleur Montage : Juliette Welfling pour Le Scaphandre et le Papillon
César d'Honneur: remis par Alain Delon pour les 70 ans posthume de Romy Schneider…
Meilleur Réalisateur : Abdelatif Kechiche, pour La Graine et le mulet
Meilleur acteur : Mathieu Amalric, pour Le Scaphandre et le papillon
Meilleure actrice : Marion Cotillard pour La Môme
Meilleur Film : La Graine et le mulet d'Abdellatif Kechiche.

COMPTE-RENDU

Si l’année dernière, on avait pu faire la fine bouche, au moins la cérémonie était plus enlevée par une Valérie Lemercier en forme. 2008 restera un très mauvais cru. Antoine De Caunes aligne ses quelques saillies sans grande conviction (mention particulière à l’adresse de Richard Berry prié de déplacer sa Ferrari qui est en double file, allusion à sa relation du moment avec Laurence Ferrari !). Même Jean Rochefort s’est montré moins drôle dans son discours d’ouverture qu’on aurait pu l’espérer. Parler d’Ingrid Bettancourt ou dénoncer ces soirées sponsorisées où les people repartent avec de nombreux cadeaux , dernier portable ou autres , c’est bien mais pas dans un discours d’ouverture qui contribue encore plus à plomber l’ambiance. Et dieu sait qu’elle est morose dans cette grande famille du cinéma français, tous plus coincés et indéridables, y a pas. Je ne sais pas si c’est le changement de journée, le Vendredi au lieu de Samedi pour cause de rugby, en tout cas ça ne leur réussit pas. Là aux pour les américains, les oscars représentent une grande kermesse, un grand barnum où règne une bonne humeur constante, les Césars font grise mine entre remerciements de circonstance, contraints, discours sans une once d’imagination.

Chaque année, décider de qui va avoir les deux césars d’honneur doit représenter un vrai casse-tête, là ce fut Roberto Benigni et Jeanne Moreau pour un super césar d’honneur, vu qu’elle en avait déjà eu un. Quelle bonne idée, Jeanne Moreau, après deux mois d’hommages et consécrations non stop pour ses 80 ans et 50 ans de carrière. A tel point qu’elle n’en a pas voulu de son césar et l’a donné à l’équipe d’un film qu’elle a beaucoup aimé « La naissance des pieuvres ». Quant à Roberto Benigni, avec un bel hommage de Fanny Ardant, il a au moins essayé de réveiller l’assemblée comme à son habitude, en parlant très fort à sa manière, et même réclamer une minute de silence en hommage à Antonioni et Bergman, sans cette initiative rien de rien sur la disparition de ces deux cinéastes majeurs. Pauvres Césars.

Pour le reste, à part la parodie du début de « La Môme » avec Valérie Lemecier justement, plus aucune parodie filmée pour détendre l’atmosphère, c’est bien dommage. L’humour était assez politisé, avec Jean Rochefort en ray ban sarkozien ou la désastreuse intervention de Gilles Lelouche et Jean-Paul Rouve nous assénant pour la nième fois une parodie de la chanson de Carla Bruni « Quelqu’un m’a dit ».

Rayon prix, les films les plus récompensés sont au nombre de 4 et étaient attendus : La Môme (5 Césars), La Graine et le Mulet (4 Césars), Le scaphandre et le papillon (2 Césars), Persepolis (2 Césars).
Rien à redire pour les récompenses attribuées à « La graine et le mulet », toutes amplement justifiées pour le meilleur film français de l’année sans conteste, vrai chef d’œuvre pour un réalisateur Abdelatif Kechiche de la trempe d’un Maurice Pialat. Le prix d’interprétation féminine était déjà plié depuis un an pile et la sortie de « La môme » en février 2007, si Marion Cotillard n’avait pas eu le césar alors qu’elle a eu tous les prix au niveau international (Bafta, golden globe et Oscar), cela aurait été mal vu. Il n’empêche que je trouve « La môme » assez raté dans son genre, biographie ampoulée, avec des allers retour dans le temps incessants, sans aucune précision et l’interprétation de Marion Cotillard assez énervante, surjouant la vulgarité, Piaf était comme cela me diriez-vous mais pour le coup c’est un poil exagéré. La ressemblance physique avec Piaf est réussie, coup de chapeau aux maquilleurs et à Marion Cotillard pour avoir enduré un maquillage contraignant quotidien et pour s’être voûté pour atteindre la petite taille de Piaf, elle qui doit faire plus de 1M70. On l’aura compris, tout cela n’est pas ma tasse de thé, je referme la parenthèse sur la môme. J’ai l’impression que côté meilleures actrices, c’est toujours le même petit cercle de nommées dont Isabelle Carré et Cécile de France (ça tombe bien, elles sont toutes les deux dans mon best of, largement fêtées sur ce site), Julie Depardieu.

Meilleur acteur Matthieu Almaric, pourquoi pas mais Jean-Pierre Marielle l’aurait peut-être aussi mérité mais bon vu ce qu’il pense des Césars et qu’il n’y va jamais, c’est pas bien grave. Ce qu’il l’est plus, c’est la censure pratiquée sur le discours de remerciements lu par Antoine de Caunes, Almaric étant en tournage du prochain James Bond. En effet, il a été censuré dans sa deuxième partie, dont le texte complet censuré est reproduit ci-dessous :

« Mais la salle de cinéma. Oui, la SALLE de cinéma, elle, doit pouvoir continuer à s’inventer.
"A lire à la lumière. Et à diriger sur notre nuit" Notre musique.
Insupportable "trompe l’œil" des multiplexes. Les chiffres comme seule ligne d’horizon. Aveuglement, brouillage, gavage, lavage. Et quelle solitude. Vous avez déjà parlé à quelqu’un dans un multiplexe ? Pas moi. D’ailleurs c’est impossible, ce qui compte c’est le flux. "Circulez s’il vous plaît, y’a rien à voir" . Au suivant ! bande de Brel.
Alors que le travail souterrain, patient, divers, dédié au public, aux écoles, aux rencontres que font et on envie de faire tellement d’exploitants de salle se voit de plus en plus nié aujourd’hui.
La Question humaine n’aurait par exemple jamais fait autant d’entrées sans le travail de curiosité des exploitants de province et de l’ACRIF.
Ce tissu de salles, que le monde entier nous envie, est notre cœur, nos poumons.
Sinon...
Sinon on va tous finir devant nos "home cinéma" à se tripoter la nouille... »


Cela achève de rendre les Césars 2008 totalement indigestes et consensuels, le texte d’Almaric avait l’avantage de donner un constat très juste sur la salle de cinéma. Coupé pour des raisons de timing, on croit rêver. L’apparition surprise d’Alain Delon rendant un hommage émouvant à Romy Schneider (comme au dernier festival de Cannes) ne changera pas l’impression finale laissée par cette cérémonie d’un très mauvais moment de télévision.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 25/03/2009 @ 22:50
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 570039 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,159 secondes