Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/147/sda/5/d/bestofcine/phpmv2/libs/Html/QuickForm/Rule/style.css.php in /mnt/162/sda/5/d/bestofcine/skin/bnr/skin.php(1) : eval()'d code on line 1

bestofcine.free.fr

BESTOFCINE le meilleur du cinéma

Mercredi 26 juillet 2017

Accueil

Nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

Forum

Télévision

Rss

 

Admin

Calendrier

<< Juillet  2017 >>
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
26 27 28 29 30 01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 01 02 03 04 05 06

Météo

Aujourd'hui

Département

Météo Consult

NATALIE WOOD - BIOGRAPHIE

FICHE D'IDENTITE

Nom : ZAKHARENKO puis changé en GURDIN
Prénoms : Natalia Nikolaevna
Surnom : Natasha
Date de naissance : 20 juillet 1938
Lieu de naissance : San Francisco
Signe astrologique : Cancer
Nationalité : Américaine
Taille : 1 m 57
Cheveux : Bruns
Yeux : Marrons
Situation de famille
Soeurs : Olga, Lana
Mariée 2 fois à Robert Wagner (28/12/1957 - 27/04/1962 puis le 16/07/1972)
Une fille Courtney née le 9/03/1974
Mariée à Richard Gregson (03/05/1969 - 04/1971)
Une fille Natasha née le 29/09/1970
Décédée le 29 novembre 1981 (noyade accidentelle)

Fille d'immigrés russes qui avaient fui les bolchéviques, son vrai nom était Natalia Nikolaevna Zakharenko mais on la surnommait Natasha.
Sa mère, Maria Stepanovna Zudilova, est née en Sibérie, à Barnaul, proche de la frontière avec la Mongolie, près des montagnes Altai , vraisemblablement en1908. Sa famille possédait une bonne fortune dont l'origine provenait selon Maria des fabriques de bonbons, de bougies et d'encre de son père Stepan Zudilov. Suite à la révolution russe, après mars 1919, les Zudilov déguisés en paysans fuient en Mandchourie pour quelques temps. Puis ils revinrent à Barnaul et y restèrent mais, la révolution bolchévique à leur porte, ils fuirent dans leur propre train vers la Chine, à proximité de Harbin, ville peuplée d'immigrants russes.
Maria épousa Alexei Tatulov, un russe arménien et donna naissance à sa première fille prénommée Olga, la demi-soeur de Natalie, le 28 octobre 1928. Alexei décida de partir en Amérique, à San Francisco, où Maria le rejoigna avec Olga en décembre 1930. Elle découvrit alors qu'il avait refait sa vie. Malgré cela, elle allait continuer à vivre avec son mari jusqu' au jour où elle fit la connaissance de Nicholai Zakharenko, aussi un immigré russe, co-travailleur d' Alexei sur les bateaux chargés de sucre.
Nicholai était né en 1912 à Vladivostok, en Sibérie, dans une famille pauvre. Son père est tué par les communistes, avec sa mère et ses deux frères, ils fuirent la révolution russe pour Shangai. Sa mère se remaria avec un ingénieur naval et ils décidèrent de partir en Amérique et s' établirent d'abord au Canada, à Vancouver, fin 1927. En 1932, ils se fixèrent à San Francisco.
Nicholai et Maria se marient le 8 février 1938 dans une petite cathédrale russe orthodoxe. Natalia vint au monde le matin du 20 juillet 1938, ce prénom lui fut donné par sa marraine Helen Loy, d'après la petite fille blonde d'une amie en Chine. Il fut américanisé en " Natalie " sur son certificat de naissance.
Natasha, comme elle fut surnommée, était une jolie petite fille avec des yeux bruns lumineux, brillante, partageant la même passion que son père pour la langue et les romans russes. Elle a appris à parler en russe et en " américain ". A l'âge d'un an, son père changea le nom de famille en " Gurdin ". Nick pensait que Zakharenko faisait trop russe, ce qui engendrait une discrimination pour trouver du travail. La famille Gurdin vivait à la limite de la pauvreté, Nick fut obligé d'accepter des travaux subalternes inférieurs, cela a dû contribuer à son penchant pour la boisson.
Natalie était une enfant respectueuse, elle reçut une éducation stricte, " Mes parents pensaient que les enfants devaient être dans un coin, à l'abri d'entendre ou de comprendre ce que les grandes personnes étaient en train de parler " dit-elle plus tard.
Elle pratiqua la danse et le piano. Sa mère faisait tout pour ériger Natalie en star de cinéma. Toute jeune, elle l'emmenait voir des films, elle était persuadée qu'elle était née pour être actrice.
Le 28 septembre 1942, la famille fit l'acquisition d'une petite maison de campagne située à Santa Rosa au 2160 rue Humboldt pour la somme de 5400$. La vie dans cette vallée, en pleine nature, était idyllique pour Natalie et sa sœur. En juin 1943, le réalisateur Irving Pichel vient à Santa Rosa tourner " Happy Land " avec en vedette Don Ameche et Frances Dee. Une annonce parue dans le journal local mentionnait que la production ferait appel à plus de 300 figurants. Maria enseigna à sa fille comment retenir l'attention du réalisateur. La mère et la fille parcoururent toute la ville à la recherche d'Irving Pichel. Elles finirent par trouver l'équipe du film près du palais de justice. Après plusieurs jours, le metteur en scène commença à remarquer une bizarre petite fille qui suivait l'équipe d' " Happy Land " d'un extérieur à un autre. Maria était très ambitieuse pour sa fille et lui avait recommandé lorsqu'elle rencontrerait le metteur en scène de faire une révérence, de le regarder directement et lui sourire. Natalie faisait tout ce que sa mère lui disait. Ainsi elle s'assit sur les genoux d'Irving Pichel et lui chanta des chansons qu'elle connaissait comme " In my arms ". Pichel fut conquis par Natalie et la fit figurer dans son film. Son rôle consista à faire tomber son cornet de glace dans une bousculade puis fondre en larmes. Maria s'arrangea pour figurer dans la scène, marchant derrière Natasha.
Après le film, selon Maria, Irving Pichel essaya d'adopter légalement Natalie, ce qu'elle refusa catégoriquement, pensant que c'était une plaisanterie. Que cette histoire soit vraie ou pas, elle fait partie des anecdotes traditionnelles sur la vie de Natalie Wood.
Maria envoya par la suite des lettres à Irving Pichel, les écrivant à la place de sa fille, ce qui amena Pichel à penser vraiment qu'il entretenait une correspondance avec Natalie. Il lui envoya des livres, des poupées, des lettres et il disait qu'il penserait à elle s'il trouvait un rôle qui lui convenait.
Au printemps 1944, Maria décida de partir pour Hollywood, sachant que Pichel allait faire un nouveau film " A Medal for Benny " tiré d'une histoire de John Steinbeck et qu'elle réussirait peut-être à faire obtenir à Natalie le rôle d'un jeune garçon mexicain !
La détermination de Maria eut raison de tout le monde, elle recherchait pour sa fille toute opportunité de carrière. Les Gurdin vendirent leur maison le 26 mai 1944. Ils arrivèrent à Hollywood vers Juin 1944.

L' ARRIVEE A HOLLYWOOD

Ils emménagèrent dans un petit appartement appartenant à Nadia Ermolova, l'ancien professeur de danse d'Olga. Natalie se sentait responsable du départ de sa famille de Santa Rosa, tous les espoirs étaient fondés sur elle. Maria appela Pichel qui lui déconseilla de faire d'elle une actrice enfant star, décrivant toutes les souffrances et l'absence d'une enfance normale que cela entraînerait. Pichel commença à filmer " A Medal for Benny " sans Natalie, ce qui ne découragea pas Maria qui se tenait au courant de tous les tournages au travers de la presse spécialisée, à l'affût de rôles pour sa fille. Elle trouva pour Nick un travail de charpentier dans un des studios de cinéma.
Début 1945, ils déménagèrent dans un petit cottage situé au 9060 Harland, à West Hollywood.
Au mois de février, Maria apprit qu' Irving Pichel allait diriger un nouveau film " Tomorrow is forever " et recherchait une petite fille pour jouer le rôle d'une réfugiée autrichienne durant la seconde guerre mondiale. Elle s'arrangea pour faire passer une audition à Natalie. Les essais ne furent pas concluants, elle ne put pleurer comme on le lui demandait. Plus tard, Natalie mit cela sur le compte du soudain bouleversement dans sa vie, de l'anxiété et de la détermination de sa mère. Maria se rendit à la Twentieth Century Fox et réussit à obtenir une entrevue avec Pichel. Ce dernier promit de faire passer un autre essai à Natalie, qui était terrifiée à cette idée. C'est Olga, qui avait étudié l'art dramatique au lycée de San José, qui lui apprend à pleurer sur commande. Elle lui remémore un mauvais souvenir : la mort de leur chien écrasé par une voiture sous leurs propres yeux. Pour pleurer lors de l'essai, elle n'aura qu'à fermer les yeux un moment et penser à ce triste événement. C'est grâce à cette technique que Natalie obtiendra le rôle. A dater de ce jour, elle avouera qu'à chaque nouveau film, elle comptait les scènes où elle devait pleurer. C'était devenu un des critères d'appréciation de la difficulté du rôle qui lui était proposée. Elle a de prestigieux partenaires dans " Tomorrow is forever " : Orson Welles, Claudette Colbert et George Brent. Orson Welles la comblait de cadeaux et la gavait de cette succulente crème à la pistache dont elle raffolait tant. Il dira d'elle : " elle était si bonne qu'elle était terrifiante. J'ai eu beaucoup d'expérience avec les enfants acteurs mais Nat était de loin la plus mémorable - encore plus que Liz Taylor. C'était une professionnelle. Je crois qu'elle était née professionnelle. " (Life, 1945).
Sa poignante interprétation d'une pensionnaire d'orphelinat lui valut les éloges de tous les critiques et elle reçut en même temps le " Box-office blue ribbon award " (le premier ruban bleu du courrier). Plus tard, quand elle tournera " Miracle sur la 34 ème rue ", on lui remettra encore ce " ruban bleu ".
Les producteurs William Goetz et Léo Spitz pensèrent que Natasha Gurdin n'était pas un bon nom, ils changèrent Natasha en Natalie et Gurdin en " WOOD " en hommage à leur ami, le metteur en scène Sam Wood (qui a dirigé notamment " une nuit à l'opéra " avec les Marx Brothers).
" The bride wore boots ", tourné la même année en 1945, sous la direction d'Irving Pichel la confirme dans son statut de vedette. La vie de Natalie était contrôlée à la fois par sa mère et le studio. Comme la loi l'exigeait, elle avait un précepteur et devait étudier pendant quatre heures par jour à l'école de la Twentieth Century Fox. Les enfants, c'est l'usage, ne peuvent tourner qu'un nombre limité d'heures à Hollywood et une école est toujours installée à deux pas, improvisée dans une caravane ou aménagée dans une annexe de studio pour que l'enfant puisse s'instruire malgré son vedettariat. Natalie n'était pas autorisée à avoir des amis, et surtout pas des garçons. On l'obligeait même à faire la révérence devant tous les adultes, ce qu'elle fit jusqu'à l'âge de 15 ans.
L'année 1946 fut une année très importante avec le 1er mars la naissance de sa sœur Lana, Svetlana et le tournage de " The Miracle on thirty-fourth Street " (" Le miracle de la 34 ème rue "), film qui rendit Natalie célèbre dans toute l'Amérique et la propulsa au sommet. Elle y joue le rôle d'une petite fille qui ne croit pas au père Noël, en cela encouragée par sa mère. Le film raconte comment elle va être amenée à y croire, c'est un compte de Noël devenu un classique aux Etats-Unis, il y passe d'ailleurs régulièrement à Noël à la télévision. Enfin c'est dans ce film que Natalie obtient pour la première fois un rôle important, au centre de l'intrigue.
En 1947, elle sera désignée par le magazine Parents et le Children's Day National Council of New York comme étant la " plus talentueuse des jeunes artistes de cinéma ". La même année, elle est aussi la fille de Gene Tierney dans le chef d'œuvre de Joseph L. Mankiewicz " The Ghost and Mrs Muir " (" L'aventure de Madame Muir " ). En juin 1986, lors de la projection du film pour la Directors Guild of America, Joseph L. Mankiewicz se rappelait son audition : " Je lui demandais : Avez-vous lu tout le scénario ou juste votre partie. Elle répondit 'tout le scénario'. Je lui demandais alors ' comment épelez-vous Mankiewicz' et elle l'épela correctement jusqu'au 'cz'. Je lui dis qu'elle avait le rôle et tous les matins elle arrivait jusqu'à ma chaise et disait 'M-A-N-K-I-E-W-I-C-Z'. Je savais qu'elle deviendrait une actrice parce qu'elle regardait tout le temps. Elle regardait Edna Best, elle regardait Rex Harrison ". Le tournage son film suivant " Driftwood " sous la direction d'Allan Dwan fut émaillé d'un incident qui aurait pu mettre un terme à sa carrière. Pour les besoins d'une scène, elle devait traverser un pont en bois et au moment où elle atteignait l'autre côté, le pont devait s'écrouler. La cascade avait été bien mise au point mais quand elle fut tournée, le pont s'écroula alors que Natalie s'y trouvait encore en plein milieu, l'envoyant dégringoler à dix pieds en dessous. Elle était contusionnée et secouée mais pas sérieusement blessée. L'os de son poignet gauche s'était distendu et les docteurs recommandèrent une opération chirurgicale. Natalie, partageant avec sa mère une sainte horreur des hôpitaux, refusa et c'est ainsi qu'elle porta des bracelets pour cacher son poignet déformé tout le reste de sa vie. On peut aisément remarquer ce détail dans tous ses films.
Natalie continue de tourner à raison de 2 films par an en moyenne, essentiellement des comédies et des comédies dramatiques de moyenne qualité. Pour une enfant acteur, elle travaillait tout le temps, enchaînant les films les uns après les autres avec rarement plus d'un week-end entre eux. Elle devient l'un des plus célèbres enfants acteurs sans atteindre le vedettariat d'aînés comme Shirley Temple, Mickey Rooney, Judy Garland, Elizabeth Taylor, Margaret O'Brien. Ses rôles sont toujours secondaires, rarement déterminants dans la dramaturgie à l'exception du " Miracle de la 34 ème rue ". Même si elle joua des rôles mineurs, le public était accoutumé à son visage. Elle joua auprès de stars confirmés, notamment elle eut plusieurs mères qui étaient des grandes vedettes : Claudette Colbert, Barbara Stanwick, Maureen O'Hara (2 fois), Gene Tierney, Margaret Sullavan, Barbara Hale, Joan Blondell, Bette Davis.
Natalie n'aimait pas qu'on parle d'elle comme d'une " enfant-vedette ". Elle n'était qu'une gosse à qui on donnait des rôles dans des films. Questionnée sur cette période, elle dira : " Je n'ai jamais été une véritable star enfant comme Shirley Temple ou Margaret O'Brien. J'ai toujours ressemblé à une enfant ordinaire. On me payait beaucoup pour être une enfant comme tous les enfants ! A huit ans, je gagnais déjà 1500 dollars par semaine. " (Ciné Revue, décembre 1981).
Ses parents veillaient à ce qu'elle mène une vie normale d'enfant. Ils ne voulaient à aucun prix faire d'elle " un singe savant ". " Je n'ai jamais été fabriquée et déformée et mes parents ne m'ont jamais poussée à devenir le petit monstre qu'impliquaient tristement les mots 'enfant vedette' " reconnut plus tard Natalie. " Pour fabriquer cet être anti-naturel qu'est une vedette, il faut détruire ce qu'il y a de plus précieux chez un enfant : son naturel et sa spontanéité. Un enfant-vedette ne peut naître que sur la dépouille d'un enfant. La vedette, c'est quelqu'un dont on parle et, pour faire parler d'un enfant, il faut le transformer en cabotin avant l'âge. Ce
n'était pas mon cas. " dit-elle encore (Ciné Revue, mars 1965).
La plupart des films dans lesquels elle tourna jusqu'en 1953 sont restés inédits en France comme : " Scudda Hoo Scudda Hay ", " Chicken every Sunday ", " The green promise ", " Father was a fullback ", " Dear Brat ", …De cette période, on peut retenir surtout le film " The jackpot " (" Gare au percepteur ") sorti en 1951, bonne comédie de Walter Lang avec James Stewart. Au début des années 1950, elle s'essaya à la télévision, jouant dans une série appelée " Pride of the family ". N'obtenant pas le succès escompté au petit écran, elle retourna au cinéma.
En 1952, elle joua dans " The Star ", réalisé par Stuart Heisler avec Bette Davis et Sterling Hayden. Ce fut le début d'une très longue amitié avec Bette Davis. Natalie avait alors 14 ans et commençait à s'affirmer. Un jour, une scène devait être tournée dans laquelle elle avait exigé une doublure. Elle ne savait pas bien nager et avait peur de l'eau. Elle devait sauter d'un bateau et nager sans l'océan. Au moment de tourner la scène, il n' y avait pas de doublure et on lui ordonna de sauter. Elle était en pleurs, prête à plonger alors que le metteur en scène lui avait promis qu'elle serait doublée. Bette Davis écouta les protestations de Natalie, prit ardemment sa défense, menaçant de quitter le plateau et de ne pas terminer le film. Le scénario fut modifié et cette scène supprimée.
Son film suivant en 1953, " The silver chalice " (Le calice d'argent) a la particularité en plus d'être un péplum, d'être le film où apparaît pour la première fois à l'écran Paul Newman. Natalie usa d'un stratagème pour obtenir le rôle qui montre à quel point elle avait la passion de son métier. Quand Victor Saville préparait le film, il la rencontra et lui dit : " Si tu étais blonde, Natalie, je te donnerais un rôle dans mon film. Tu tiendras le rôle de Virgina Mayo petite fille ". Le lendemain, il fut stupéfait, elle l' y attendait et était blonde. Après la conversation avec lui la veille, elle était rentrée chez elle et elle avait aussitôt entrepris de teindre ses cheveux. En plus d'être teinte en blonde, elle devait porter des lentilles de contact. Elle passa des mois avec ses cheveux sous un foulard. Tout cela aboutit à un péplum très mauvais. Plus tard, quand le film passa à la télévision américaine, Paul Newman passa une annonce dans les journaux d'Hollywood pour s'excuser d'avoir participé au film et pria d'oublier sa prestation.
A l'époque du " Calice d'argent ", la famille Gurdin vivait dans un ranch à San Fernando Vallée, à Northridge. C'était la pleine campagne. Natalie était entourée de toute sortes d'animaux domestiques : hamsters, perruches, kakatoès et un cheval. Elle aimait particulièrement les oiseaux et les chevaux. Quant à la vie en famille, il n'y avait pas beaucoup de démonstrations d'affection, les étreintes et les baisers étaient réservés pour les occasions spéciales. A la suite d'un accident de cheval survenu à sa sœur Lana, la famille vendit la maison pour en acheter une plus petite à Valley vista boulevard, dans les contreforts de Sherman Oaks.
Quand Natalie ne travaillait pas, elle quittait l'école du studio pour l'école supérieure Van Nuys. Elle était plutôt bonne élève mais considérait que ce qu'on lui apprenait n'était pas important. Sa mère pensait que les filles n'avaient pas besoin de suivre une éducation. Elles avaient besoin de la célébrité ou de bons mariages ou des deux.

LA FUREUR DE VIVRE

A l'époque du film " La fureur de vivre ", Natalie vivait aussi les tourments de l'adolescence, de la rébellion face à ses parents. A 16 ans, elle devint de plus en plus indépendante. Elle cherchait à se libérer de l'emprise de sa mère, notamment en ce qui concernait ses rendez vous amoureux. Elle avait sa propre voiture : une Ford Thunderbird rose.
Pour le rôle de Judy de la " Fureur de vivre ", la Warner voulait négocier avec la MGM pour obtenir Debbie Reynolds. Nicholas Ray lui pense alors plutôt à Carroll Baker. Finalement, il convaincra la Warner de choisir Natalie, qui était d'ailleurs sous contrat avec la Major compagnie. " Je ne voulais d'elle pour jouer avec Dean, disait Nicholas Ray. Il fallait qu'un soir je la retrouve allongée sur une civière, dans un commissariat pour que je me décide. Elle venait d'avoir un accident de voiture en compagnie de ses copains. 'Regardez ce sale flic, me glissa-t-elle à l'oreille, c'est le médecin de la police. Il croit que je suis une délinquante juvénile…Eh bien ? Vous me le confiez ce rôle ? ".
Natalie était prête à tout pour obtenir le rôle. Elle sentait qu'elle avait été cantonnée jusque là dans des rôles d'enfant. " Le gros problème était que jusque là, je n'avais joué que des rôles d'enfant, et j'avais beau avoir 15 ans, je portais des nattes dans mon dernier rôle déclara-t-elle. Alors j'avais du mal, et Nick aussi avait du mal à convaincre le studio que j'avais passé l'âge des nattes ".
Natalie faisait toujours les films que ses parents voulaient qu'elle fasse. Là c'était la première fois qu'elle lisait un script qui l'intéressait et auquel ses parents étaient opposés. " Enfin, je ne tournais plus seulement parce qu'on m'en donnait l'ordre. " dit-elle par la suite. " La fureur de vivre ", film aujourd'hui mythique, était bien en phase avec son époque et les problèmes de l'adolescence. De plus, il offrait à James Dean, un rôle d'adolescent révolté qui lui convenait parfaitement. Le tournage se déroula de Mars à Mai 1955. Avec Nicholas Ray, Natalie prit mieux conscience du métier d'acteur. " Nicholas Ray, quant à lui, fut le premier metteur en scène à me faire ressentir profondément que je pouvais m'intégrer complètement dans le jeu d'acteur, dans la peau du personnage rapporta-t-elle. Il m'avait dit : 'je veux que vous me communiquiez vos idées'. J'en étais restée épatée ! Oui " La fureur de vivre " fut un tournant décisif. J'étais actrice, enfin ! " (Ciné Revue, février 1977).
C'est à partir de cette époque que les magazines vont commencer à relater les idylles vraies ou fausses de Natalie. En tout cas, tous ces articles ont contribué à lui faire une formidable publicité, sans doute voulue par le studio. Ses parents ne l'autorisèrent à fréquenter des jeunes gens qu'à partir de son dix septième anniversaire. Presque chaque soir, on la trouve en compagnie d'un jeune homme. Elle affirme qu'il n'y a entre elle et eux rien de romantique. Ce sont des " copains " liés à elle par une camaraderie qui est peut-être parfois un peu amoureuse. Tous ses courtisans appartiennent tous de près ou de loin au monde du cinéma. C'est ainsi qu'on la voit en compagnie de Nicholas Ray, Dennis Hopper, Nick Adams, Robert Vaughn, Perry Lopez, Scott Marlowe et qu'on lui prête une aventure avec James Dean.
On a souvent dit que Natalie était intéressée au premier chef par sa carrière. Il est vrai que si elle tient à plaire, elle n'est pas intoxiquée par la séduction qu'elle exerce, elle est mariée à sa " carrière ". Si elle sort avec tant de garçons, c'est justement pour éviter de s'attacher à l'un plutôt qu'à l'autre.
Avec James Dean, elle vécut plutôt une sorte d'amour fraternel et pur. " Entre nous, il n' y avait qu'une chaude camaraderie, une espèce de complicité se souvint-elle. Nous ne flirtions
pas, nous ne faisions pas semblant de nous aimer. Mais nous étions amis. " (Lui, février 1965).
Toujours en 1955, Natalie tourna " The searchers " (" La prisonnière du désert "), splendide western de John Ford avec John Wayne. Le tournage eut lieu à Flagstaff, dans l'Arizona, au milieu d'un immense désert habité par d'authentiques indiens Navajos et entouré de montagnes enneigées. Natalie vivait dans une trading post avec sa mère et sa sœur Lana qui jouait Debbie jeune, le personnage de Natalie dans le film. Debbie Edwards, à l'âge de 9 ans, fut enlevé par les indiens Comanches et devint ainsi une véritable indienne. Pour ressembler à son personnage, Natalie décida de foncer la couleur de sa peau par le bronzage, ce qui nécessiterait moins de maquillage. Tout ce qu'elle réussit à avoir au bout du compte, c'est une sévère brûlure qui retarda la production pendant quelques jours où elle dut se baigner souvent et garder le lit. Lors du tournage, elle était tombée amoureuse de Patrick Wayne, le deuxième fils de John Wayne, qui jouait aussi un petit rôle dans le film.
Le 30 septembre 1955, James Dean trouve la mort dans un accident, au volant de sa porsche blanche. Il rentra ainsi dans la légende. Natalie fut très affectée par la mort de celui qu'elle considérait comme son double masculin, en qui elle s'identifiait. Toute la jeunesse avait projeté à travers lui leurs désirs de révolte, d'indépendance et de liberté.
En 1956, Natalie obtint sa première nomination à l'oscar pour le meilleur second rôle féminin avec 'La fureur de vivre ". Ce fut finalement Jo Van Fleet qui le remporta pour son rôle aux côtés de James Dean dans " A l'est d'Eden ".
Natalie admirait énormément Elizabeth Taylor qui était de six ans son aînée. Comme elle, Liz Taylor débuta très trop au cinéma, joua aussi avec James Dean à la même époque dans " Géant ". On peut trouver bien d'autres similitudes dans leur carrière respective. Natalie cherchait peut-être inconsciemment à lui ressembler. Elle eut une liaison amoureuse avec Nicky Hilton, le premier mari d' Elizabeth Taylor et le futur magnat de l'hôtellerie mondiale. " Nicky était un jeune homme riche, gâté, beaucoup plus en vue que je ne l'étais moi-même, à l'époque, confia-t-elle plus tard. Il aimait la compagnie des jeunes actrices. Il a voulu m'épouser mais, pour moi, ce n'était qu'un flirt de jeunesse. Je sentais bien que ce n'était pas le grand amour ". (Lui, février 1965).

Après sa courte apparition dans " La prisonnière du désert ", elle tourna dans deux films avec Tab Hunter dont un intéressant western " The burning hills " (" Collines brûlantes "). Toujours en 1956, " A cry in the night " (" Un cri dans la nuit ", film resté inédit en France) lui permet de jouer aux côtés de Raymond Burr (le futur " homme de fer " à la télévision). Elle connut avec ce dernier une idylle qui se poursuivit après le tournage.

ELVIS PRESLEY

Natalie fut diplômée de fin d'études de l'université Van Nuys. C'est après avoir obtenu ce diplôme qu'elle fit la connaissance de Robert Wagner. Auparavant, il faut mentionner sa romance ratée avec Elvis Presley. Elvis voulait l'emmener dans sa famille à Nashville. Pour s'y rendre, elle s'est fait porter pâle et " sèche " une sortie organisée par son fan-club où l'attendaient pas moins de quinze mille adolescents ! La Warner, qui ne plaisante pas avec les opérations publicitaires, menace de rompre son contrat. Le voyage chez les Presley est un échec. Ils étaient censés partir pour presque une semaine. Au bout de deux jours, Natalie téléphona en cachette à sa mère pour dire que la mère d'Elvis, gladys, jalouse et possessive, avait tout ruiné. Gladys s'arrangeait pour ne jamais laisser les amoureux seuls, invitant amis, voisins et famille à la maison. Natalie demanda à sa mère de la rappeler en inventant un prétexte qui l'oblige à revenir : une maladie, par exemple. La ruse prend, mettant un terme à la liaison avec Presley par la même occasion.
Natalie confia plus tard à sa sœur Lana : " Mon dieu, c'est affreux. Il chante bien mais c'est à peu près tout ce qu'il sait faire ". Plus capitale sera sa rencontre avec Robert Wagner.

RENCONTRE AVEC ROBERT WAGNER

Né en 1930, Robert était le fils d'un riche propriétaire d'aciéries et fréquentait le club le plus huppé de Californie, " le Bel Air Country Club ". Il avait renoncé à percer, comme son père, dans la haute industrie. Dès " Okinawa ", son premier grand rôle en 1951, il s'était entièrement voué au cinéma, avec succès d'ailleurs. Darryl Zanuck l'avait engagé pour remplacer éventuellement Tyrone Power. " Prince Vaillant " fut un de ses personnages typiques.
Natalie avait 12 ans et lui vingt lorsqu'elle le croisa pour la première fois dans un couloir de la Twentieth Century Fox. Mais ils ont été officiellement présentés l'un à l'autre seulement sept ans plus tard, à une présentation de mode, à Hollywood. " Les photographes nous demandèrent de poser ensemble, il me raccompagna chez moi, mais il me traita comme si j'avais encore dix ans rapporta-t-elle. J'étais désespérée ! Plus tard, il me téléphona pour m'inviter à déjeuner, il déclara que j'étais vraiment trop maigre et qu'il fallait absolument que je suive ses indications, le 20 juillet 1956 : c'était le jour de mon dix-huitième anniversaire. A partir de là, nous sûmes que quelque chose nous était arrivé, je n'étais plus seule ". (Lui Février 1965).
Le 6 décembre 1957, plus d'un an après leur rencontre, R.J (surnom de Robert Wagner pour Robert John) arriva chez Natalie avec une bouteille de champagne et deux verres en cristal. Quand elle but, elle trouva au fond de son verre une alliance en perles et diamant avec une inscription à l'intérieur " épouse moi ". C'est ce qu'ils feront, trois semaines plus tard. Le mariage eut lieu le 28 décembre 1957 à Scottdale, en Arizona.

Comme Natalie avait peur de l'avion, elle et R.J allèrent en train en Floride pour leur lune de miel. R.J avait promis à un photographe de ses amis de prendre des photos de leur voyage avec la promesse de ne les montrer à personne. Le photographe vendit les photos. A leur retour de leur lune de miel, les photos avaient paru dans tous les magazines. Natalie fut très marquée par cette atteinte à sa vie privée. Cet incident se répètera lors de son deuxième mariage avec R.J.
Natalie et R.J achetèrent une maison à Beverly Hills. Natalie décida de la réaménager et la maison fut totalement transformée en temple au point que l'abus des colonnes et le poids du marbre fit s'écrouler l'édifice qui se répandit dans leur piscine.
Après " La fureur de vivre ", Natalie a été prise sous contrat avec la Warner pour sept ans. Le studio ne lui proposait guère de films intéressants, sa carrière semblait marquer le pas. Sa performance la plus notable fut " Marjorie Morningstar " avec Gene Kelly en 1957. Frank Sinatra la voulait pour jouer dans " Kings go forth " (" Diables au soleil ") la jeune fille française avec du sang noir. Sinatra dut payer à la Warner 100 000 $ pour s'assurer les services de Natalie et de plus il dut donner son accord pour tourner dans un film Warner, un engagement valant alors autour de 350 000$. L'arrangement du prêt de la Warner mit en colère Natalie car elle ne gagnait seulement que 750 $ par semaine et elle préféra être suspendue plutôt que d'être prêtée à Universal pour " This earth is mine ". Dix-huit mois plus tard, elle obtient gain de cause pour ses revendications salariales et le droit de jouer dans des films pour d'autres compagnies.
En ce qui concerne Frank Sinatra, on lui a prêté des tête à tête romanesques. Elle ne fut pas insensible à ses charmes.
Elle tourna avec Robert Wagner pour la première fois dans " All the fine young cannibals " (" Les jeunes Loups "), ce qui fut peut-être l'un des plus mauvais films de sa carrière. La rumeur en ville disait qu'elle était finie. Les époux Wagner ont toujours fait partie d'un studio (R. Wagner avait été sous contrat avec la Twentieth Century Fox depuis 1950) et attendaient toujours que le studio règne en premier. Ils n'étaient pas préparés pour les films venant de compagnies de production indépendantes. Natalie ne comprenait pas que les acteurs s'en remettent à eux-mêmes et que les studios ne pouvaient plus modeler une image pour eux.

NOUVEAU DEPART AU CINEMA AVEC ELIA KAZAN

Elia Kazan allait sauver la carrière de Natalie. Il faisait le casting de son film " La fièvre dans le sang " en 1959 et quand on lui suggéra de l'engager, il ne fut pas emballé par l'idée. Il avait l'image d'une enfant star sur le retour. Mais raconta-t-il plus tard : " lorsque je l'avais vue, j'avais décelé une lueur désespérée dans son regard de 'jeune épouse' de bonne famille. Elle reflétait, j'en étais sûr, une frustration secrète. Je commençai à m'intéresser à cette jeune femme- sur le plan professionnel- ". Les patrons de la Warner Brothers, n'ayant pas de rôle à proposer à Natalie, sa carrière battant de l'aile, ont out fait pour convaincre Elia Kazan de la 'prendre' pour un prix dérisoire. Kazan se tourna un moment vers Lee Remick qui avait joué dans ses films (" Un homme dans la foule ", " Le fleuve sauvage "). Elle était enceinte, alors il engagea Natalie. Il eut une conversation personnelle avec elle. Natalie vint à cette entrevue maquillée à outrance avec du mascara, des faux cils, des bracelets et des bagues. Kazan réussit à la convaincre d'enlever tout son maquillage et changer ses vêtements voyants. De son adolescence jusqu'à sa mort, elle était toujours maquillée en tout circonstance. Ce n'était pas un signe de vanité, pour elle c'était sa façon d'être Natalie Wood et il fallait pour cela ressembler toujours à une star de cinéma.
Kazan se souvint dans ses mémoires de la première impression que Natalie lui fit : " je voulais percer la glace et découvrir quel matériau humain se cachait là, quelle vie intérieure. C'était une petite 'nana' qui ne tenait pas en place ; elle me rappelait ces mauvaises filles, au collège, qui ressemblaient à des filles 'bien'. Ce genre de filles ne voulait pas entendre parler de moi, elles ne s'intéressaient qu'aux types qui portaient de grosses lettres brodées sur la poitrine, comme Warren Beatty. Elle avait la tête de l'emploi, ma mémoire était là pour me le confirmer. "
Quant à Natalie, elle était d'abord intimidée de travailler avec Kazan mais leur collaboration fut fructueuse. Elle devait pleurer dans une scène mais pensant qu'elle n'y arriverait pas, elle appela Kazan surnommé Gadge et lui en fit part. Ce dernier lui montra que pleurer n'était rien s'il n'y a pas d'émotion. Il fit venir Barbara Loden qui pleura sur commande. L'essentiel était de montrer une émotion sincère, qu'il y ait des larmes ou pas importait peu. Tout se passa bien, Natalie fut juste dans la peine, pleura et toute l'équipe applaudit.
Kazan dira qu'elle jouait comme si elle sauvait sa vie. Dans une scène du film, le personnage qu'elle interprète, tente par désespoir de se noyer dans un lac. Natalie avait une peur bleue de l'eau, Kazan la rassura en lui disant que le lac n'était pas profond et qu'elle ne serait jamais loin du fond. Un assistant de Kazan, Charlie Maguire, entra dans l'eau avec elle et resta juste à la limite du champ de la caméra, pendant qu'elle se débattait pour échapper à la mort. Natalie s'en sortit très bien mais une fois la scène terminée, elle continuait de trembler de peur. Cette scène préfigurait comme un mauvais signe du destin la noyade qui lui sera fatale des années plus tard.
Natalie avait aussi une autre scène difficile à jouer où elle est en pleine crise de nerfs dans sa baignoire, elle y est bouleversante. " La fièvre dans le sang " fut un film décisif pour sa carrière qui lui gagna sa considération comme une actrice adulte. Elle appela son bateau plus tard " Splendour " en hommage au film dont le titre original est " Splendour in the grass ". Elle dira que c'est le film où elle a commencé à se trouver. Elle reçut sa deuxième nomination à l'oscar de la meilleure actrice en 1961 pour ce film mais ce fut Sophia Loren qui l'emporta avec "La ciociara ".
Pendant le tournage de " La fièvre dans le sang ", elle eut une liaison amoureuse avec son partenaire Warren Beatty qui fit grand bruit à l'époque d'autant que Robert Wagner, pour se consoler se montra aux bras de Joan Collins, la fiancée de Beatty. Elia Kazan décrira Beatty comme une personne à qui il est difficile de résister avec de " l'énergie à revendre, une intelligence acérée et un culot monstre ". En bref, Beatty était irrésistible et très confiant en sa puissance sexuelle. Natalie sera vite suivie par une longue cohorte d'actrices parmi les plus connues et en vogue dont la presse attribue régulièrement une liaison avec Warren. La romance de Natalie devint vite publique. En privé, elle vécut une intense histoire d'amour, à tel point que Warren emménagea chez elle. Elle loua une maison à Bel Air puis à Benedict Canyon. Sa sœur Lana se souvint que " chaque fois que Warren était dans une pièce, Natalie était dans une autre - ce n'était pas de l'hostilité ni du désintérêt mais il y avait toujours une distance entre eux ". Au bout du compte, Natalie et lui sont restés ensemble un peu plus d'un an, temps fait de hauts et de bas en matière d'amour.
Dès juillet 1961, sa séparation avec Robert Wagner fut annoncée à la presse américaine. Le divorce eut lieu le 27 avril 1962. Interrogée à l'époque sur les causes de son divorce, elle dira : " je reconnais avoir commis une erreur en épousant Bob. On a parlé d'antagonisme d'acteurs entre nous. C'est stupide. Nous nous sommes simplement aperçus, après trois ans d'union, que notre vie en commun ne parvenait plus à nous combler. Je souhaite que Bob trouve une femme qui puisse entièrement se consacrer à lui. Je ne sais si j'ai tort mais, désormais, rien au monde ne me préoccupe davantage que ma carrière. Au surplus, Bob, fils d'un milieu fortuné, nanti de nombreux amis très proches, ne sera pas en peine pour se refaire une existence. " (Cinémonde - juillet 1961). Natalie était mariée avant tout à sa " carrière ". Elle était ambitieuse et n'avait qu'un but : réussir.

Dans la foulée de " La fièvre dans le sang ", elle tourna dans " West Side Story ", classique parmi les chefs d'oeuvre de la comédie musicale. Avec ces deux films dont la renommée est encore très forte aujourd'hui, sa carrière était bien relancée. Pour " West Side Story ", le tournage se passa moins bien. Elle eut des problèmes avec son rôle, le metteur en scène et ne se sentait pas appréciée. Elle ne sentait pas bien son personnage de Maria, une portoricaine, et était mécontente que les chansons devaient être doublées par Marnie Dixon. Elle ne s'est pas bien entendue avec Robert Wise dont elle disait qu'il était plus intéressé par la logistique du film que par les gens qui en faisaient partie. Elle avait besoin d'un metteur en scène qui fasse attention à elle surtout qu'elle prenait un grand risque avec son rôle. Elle était aussi très anxieuse au sujet des séquences dansées.
Le statut de star de Natalie Wood grandit après le succès populaire de " West Side Story ". Le film gagna sept oscars dont celui du meilleur film et fut le deuxième plus gros succès de l'année aux Etats-Unis.
Après son divorce en 1962, Natalie vécut une grande période de dépression et entama une psychanalyse qui allait durer près de huit ans. La psychanalyse était la plus importante activité dans sa vie et l'occupait tous les jours. Quand elle travaillait, elle prenait deux heures pour aller voir son psychanalyste ou elle se réfugiait dans sa loge et avait une consultation par téléphone. " J'avais 25 ans lorsque je me sentis si déprimée et abattue au point de commencer à voir des psychanalystes se souvint-elle. A cette époque, j'avais tourné dans 35 films et j'avais déjà gagné plus d'un million de dollars par an ! J'étais une star dans tout le sens du terme. Il semblait que je possédais absolument tout pour être heureuse, mais, à l'intérieur de moi-même, en réalité, j'étais déprimée et mal à l'aise. Je ne savais pas comment conduire une conversation qui ne concernait pas le cinéma. Je n'avais pas d'amis et d'intérêts qui ne fussent pas en corrélation avec le show-business. Je vivais uniquement ma vie pour ma carrière et j'étais terriblement malheureuse ! "
Il lui fallut huit ans pour comprendre qu'être actrice ne devait pas occuper totalement sa vie. Elle avait été privée de son enfance, dès l'âge de cinq ans, sa mère l'avait poussée à devenir actrice. Par la psychanalyse, elle apprit à savourer les choses simples de la vie et à trouver la signification de sa vie en dehors de son métier d'actrice. Elle était aussi effrayée et anxieuse à l'idée de ne pas honorer ses obligations envers toutes les personnes qui l'entouraient. Elle se préoccupait trop de l'impression qu'elle laissait sur les gens. La psychanalyse l'a forcé à se débarrasser de son égoïsme naturel et à se préoccuper plus des besoins d'autrui.

En janvier 1962, elle laisse les empreintes de ses mains dans le ciment au Grauman 's Chinese Theater comme l'ont fait avant elle toutes les plus grandes stars.

Elle développe son sens des affaires et fonde la compagnie Rona qui investissait dans des biens immobiliers et aussi dans le cinéma. Elle retombait également dans ses mauvaises habitudes : le maquillage et les tenues voyantes et excentriques. Elle fit partie de la liste des dix femmes les moins bien habillées. En 1962, elle joua dans la comédie musicale " Gypsy " où sa voix fut doublée. Pour ce film, elle se métamorphosa physiquement, elle s'est élevée sur des souliers à hauts talons et elle mit son buste en valeur. Elle incarne au début une gamine de 12 ans, il faut saluer la performance, elle avait le double à l'époque. Elle fit un succès de Gypsy. La vraie Gypsy Rose Lee approuva son portrait qu'en avait fait Natalie et apprécia la façon innocente dont elle fit le striptease.
Après Warren Beatty, elle eut une brève liaison avec Tommy Thompson, écrivain à Life Magazine. Cette relation évolua par la suite vers une grande amitié. Natalie maintenait un contrôle strict de l'image qu'elle présentait au public. Tommy Thompson était son chargé de presse non officiel, c'est lui qui écrivait les commentaires de Natalie à la presse. Elle avait le contrôle de ses citations et le contrôle des photos publiées. Natalie et Tommy étaient autant des collaborateurs que des amis proches.
En janvier 1963, son contrat avec la Warner touche à sa fin. Elle ne tournera plus alors qu'un seul film par an pour cette compagnie mais pourra accepter tout offre extérieure. Le film qu'elle tourne en 1963 : " Love with the proper stranger " (" Une certaine rencontre ") sous la direction de Robert Mulligan lui apporte un de ses plus grands rôles, celui d'une vendeuse de Macy cherchant d'abord l'avortement puis décidant d'avoir un bébé. Le film, qui reste assez méconnu, est une charmante histoire d'amour. Elle reçut sa troisième nomination aux Oscars en 1964 pour ce film mais c'est Patricia Neal qui l'emporta pour " Hud ".
Le 21 juillet 1963, à l'annonce du mariage de Robert Wagner avec Marion Marshall, l'ex femme du metteur en scène Stanley Donen, Natalie réagit avec consternation. Quand ils eurent une fille, Katherine, en 1966, cela la déprimera pendant de semaines. Elle voulait avoir un enfant de R.J mais s'était rangé à son argument d'attendre.
En 1964, sa vie s'égayait considérablement avec Arthur Loew Jr, le fils de l'un des fondateurs de la MGM. Il était très drôle, le temps passé avec lui compte parmi les meilleurs moments qu'elle ait passé. Elle disait qu'il était le compagnon idéal pour la première et la fête d'un mauvais film. Arthur et elle se fiancèrent et même vivèrent ensemble pendant un moment mais cela n'aboutit à rien. Arthur partit pour l'Arizona et se maria avec quelqu'un d'autre. Elle devait être la partenaire d'Alain Delon dans le film de René Clément " Les félins ". C'est Jane Fonda qui fut retenue. Elle eut un autre projet inabouti : " Chéri ", d'après l'œuvre de Colette, réalisé par Tony Richardson où elle aurait retrouvé Alain Delon.
Se deux films suivants furent des comédies : " Une vierge sur canapé " de Richard Quine, son dernier grand succès, et " La grande course autour du monde " de Blake Edwards. Ce dernier film fit un flop, il fut en compétition la même année avec " Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines " qui était de la même veine burlesque sur un sujet proche : une course automobile entre New York et Paris pour l'un, un rallye Paris - Londres en avion pour l'autre. Natalie avait le sens de l'humour mais n'aimait pas les plaisanteries qui étaient monnaie courante sur le tournage de " La grande course ". Il y avait notamment une scène mémorable de bataille de tarte à la crème. C'était aussi un film long et difficile à faire, nécessitant de grandes périodes en extérieur. Elle avait plein de partenaires masculins : Tony Curtis, Jack Lemmon, …qui créaient leur propre sens de la camaraderie centrée autour du metteur en scène, Blake Edwards, dont elle n'était pas ravie. Quand on lui demandait si elle avait jamais fait un film qui ne fut pas vraiment une partie de plaisir, elle citait " La grande course ".

Natalie était incapable de passer une nuit sans qu'on lui tienne compagnie. Elle souffrait de claustrophobie. Il lui faudra des mois et des mois d'analyse pour atteindre cet exploit au milieu des années 1960 : prendre l'avion toute seule de Los Angeles à New York sans escorte, sans secrétaire, sans attaché de presse, sans tranquillisant. Elle passa plusieurs jours dans un hôtel à New York toute seule avant de repartir. Elle sera tellement épatée qu'elle téléphonera à tous ses amis pour leur raconter son voyage.
A cette époque, les hommes passaient dans sa vie avec régularité. Il y avait un playboy sud américain Ladislav Blatnik, qui était un archi milliardaire, roi de la chaussure. Il y eut une brève rencontre avec Tom Courtenay mais il n'était pas chez lui dans le monde glamoureux des stars. Elle eut aussi une aventure qui ne dura pas avec le milliardaire Lance Reventlow. Il lui offrit un gros diamant mais elle s'aperçut que Lance n'était pas ce dont elle avait besoin. David Niven Jr entra dans sa vie pour un moment d'abord en lui proposant un film qu'il voulait produire puis en devenant son compagnon pendant quelques mois. Elle fréquenta aussi Richard Johnson, un acteur de petite notoriété et David Andrews, un jeune agent, avec qui la sœur de Natalie, Lana, eut de son côté une liaison. Les deux sœurs s'arrangeront pour faire comprendre à David Andrews de faire un choix en lui donnant rendez-vous toutes les deux la même nuit.
En 1965, elle obtient une récompense : le Golden globe de l'actrice favorite. Professionnellement, tout va bien pour elle, elle va jouer dans deux films avec Robert Redford qui lui apporteront deux de ses plus grands rôles. Dans " Inside Daisy Clover " de Robert Mulligan, elle est une pauvre fille de nulle part qui enregistre un disque et devient une star. Elle se marie avec Redford, découvre qu'il est homosexuel et essaye de faire face à une carrière et une vie professionnelle chancelantes. Natalie est très convaincante dans ce rôle et s'y montre particulièrement émouvante. C'est aussi le début d'une longue amitié avec Robert Redford. Elle l'adorait et était plus que disposée à sortir avec lui mais il était marié et généralement connu pour rester chez lui. Pendant le tournage d' " Inside Daisy clover ", un jour, Redford et elle sont seuls sur le yacht pendant que l'équipe tourne à partir du rivage. Survient une tempête qui arrache les câbles qui retenaient le navire. Le bateau s'en va à la dérive. Natalie était paniquée, quant à Redford il paraît qu'il a vraiment adoré cela. Encore un signe du destin qui montre la peur de l'eau chez Natalie.
Le deuxième film qu'elle fit avec Redford sous la direction de Sidney Pollack " This property is condemned " (" Propriété interdite ") est remarquable, sa performance est inoubliable. Elle joue le rôle d'Alva Starr, la fille très sexy et aguicheuse d'une patronne de pension dans une petite ville du sud au début des années trente. Natalie n'a jamais été aussi belle que dans ce film. Malgré ces deux beaux rôles coup sur coup, elle fut la cible de très mauvaises critiques. Les étudiants de l'université d'Harvard ont institué un prix le " Lampoon Adward " pour récompenser la plus mauvaise actrice de l'année. Elle reçut ce prix en 1966. Les étudiants avaient dit d'elle : " c'est la plus mauvaise comédienne de tous les temps …Rien ne pourra la sauver. " Natalie ne s'est pas démontée. Avec son agent de presse, elle répondit de manière inspirée. Elle proposa d'aller à Harvard recevoir son prix en personne. C'est ce qu'elle fit. Quand elle accepta la récompense, elle dit : " je veux remercier toutes les personnes qui ont rendu cette récompense possible ". Cette histoire montre bien qu'elle n'a jamais été considérée comme une grande actrice. Elle a été injustement sous estimée. Hélas, après " Propriété interdite ", il n'y eut pas beaucoup de films pour changer ce jugement.
Natalie tomba amoureuse d'un metteur en scène : un homme sérieux qui était marié et plus âgé qu'elle. Il était charmant et gracieux. Elle laissa la liaison continuer et puis elle y mit fin. C'était une mauvaise période, elle était seule, malheureuse et essayait sans succès d'avoir une vie satisfaisante en tant que femme. Le seul autre homme dans sa vie était Mart Crowley, son secrétaire et ami. Elle avait lu un script " Penelope " et l'aimait. Elle fit le film contre l'avis de ses agents. " Penelope ", réalisé en 1966, fut un désastre financier et critique.
Elle fit une tentative de suicide. Elle avait avalé un flacon de somnifères, on lui fit un lavage d'estomac et elle fut hospitalisée au Cedars of Lebanon Hopital d'Hollywood. Mart Crowley l'avait trouvé inconsciente et l'avait amenée au Cedars. C'est après une entrevue avec Warren Beatty où le ton monta qu'elle alla dans sa chambre et prit ses pilules. Ce qui l'avait poussé au suicide était l'accumulation de misère et de soucis. La visite inopportune de Warren n'était qu'une partie du problème.

Elle resta absente des écrans pendant près de trois ans. Sa vie tournait beaucoup autour de son analyste. L'analyse était si importante pour elle que quand Warren Beatty l'a littéralement suppliée de jouer avec lui dans " Bonnie and Clyde ", elle refusa : deux mois au Texas voulait dire deux mois de sessions d'analyse manquées. C'est Faye Dunaway qui aura le rôle. Warren Beatty revint dans sa vie mais pas pour longtemps.
Elle laissa passer pas mal de films, elle avait aussi refusé : " Pieds nus dans le parc " de Gene Saks (c'est Jane Fonda qui jouera le rôle) et " Sept fois femme " de Vittorio de Sica (le rôle échut à Shirley MacLaine). Mais si le fait qu'elle rechignait à quitter son analyste pour de longs tournages en extérieur, l'empêchait de travailler, elle était suffisamment riche avec un solide portefeuille pour se passer de tourner. Un sens perspicace d'achat de collections d'œuvres d'art avait accru son statut de millionnaire.

Elle connut à cette époque Richard Gregson. Il était anglais et avait été un agent qui a réussi à Londres avant de commencer une vie de producteur dans le show business, faisant la navette entre l'Angleterre et les Etats-Unis. Il avait trois enfants d'un précédent mariage. Il était plus âgé qu'elle, de bonne compagnie et il tomba rapidement amoureux de Natalie. Elle ne résista pas longtemps et ils se fiancèrent. Quand elle était avec Richard, elle était établie, calme et heureuse. Le mariage eut lieu le 3 mai 1969 selon la tradition russe orthodoxe avec Robert Redford comme garçon d'honneur. Ils emménagèrent dans une grande maison à Bel Air et devinrent vite un des couples les plus populaires du show business.

Pour son retour à l'écran en 1969, Natalie avait choisi une comédie " Bob et Carol et Ted et Alice " qui saccageait l'institution du mariage. Elle ne se sentait pas à l'aise avec la comédie. Mais elle fit confiance à son metteur en scène Paul Mazursky. Le film fut un grand succès et la remit en haut de l'affiche après une absence prolongée. Payée au pourcentage, elle reçut un bénéfice de deux millions de dollars. Elle se montrait différente : dans le film elle est une mère et une adulte. Elle dira : " le personnage que je joue est plus proche de ma personnalité que tous les rôles que j'ai jamais joué. Elle prolonge son rôle de mère, pour de vrai cette fois, le 29 septembre 1970 avec la naissance de sa fille : Natasha Gregson.
Natasha devint vite le centre de sa vie. Elle découvrit qu'elle adorait être mère. L'été 1971, son mariage est rompu avec Richard Gregson. Un jour, elle était rentrée de déjeuner chez elle et avait accusé Richard d'infidélité. Elle lui demanda de partir et il le fit. Elle était aussi profondément malheureuse, son monde sécurisant était détruit. Certaines femmes pardonnent, mais pas Natalie. Sa blessure était telle que voulant se venger, elle rendit clair pour n'importe qui que Richard l'avait trahi. Ce dernier retourna à Londres.
Son mariage s'étant mal terminé, elle se retrouva avec une enfant à s'occuper et une carrière qui n'allait nulle part. Elle travaillait occasionnellement, était seule, encore amère de son divorce. Elle allait voir son analyste, fréquentait des amis, avait quelques liaisons et lisait des scripts. Elle s'est débarrassée de la plupart des personnes qui prenaient les décisions pour sa carrière ces dernières années. Elle fréquentait rarement plus de deux fois les mêmes personnes et ils n'étaient pas des acteurs ou des gens célèbres, ils étaient plutôt riches mais pas célèbres. Depuis " Bob, Carol… ", Natalie n'a joué dans aucun film hormis une apparition non créditée au générique dans " The candidate " (" Votez Mc Kay) en 1972. Elle était venue voir Robert Redford sur les lieux du tournage. On lui proposa une scène avec Mc Kay. A une réception, elle joue son propre rôle et elle est présentée au candidat. Les américains, très friands de " private jokes " (blagues privées) apprécient la réplique de Mc Kay : " Mais qui est cette fille ? demande-t-il dès qu'elle a le dos tourné.
Natalie revit Robert Wagner et se réconcilia avec lui à l'occasion d'un dîner où ils étaient invités tous les deux par Linda et John Foreman. " Robert et moi, nous nous sommes revus à un dîner en 1970 se souvint-elle. J'étais enceinte de six mois, mon mari Richard Gregson était en Angleterre pour son travail. J'étais seule. Robert était venu seul aussi à cette réception. Nous avons parlé toute la soirée. Il était doux-amer. Il m'a accompagné à ma voiture et il était contrarié de me voir rentrer par mes propres moyens à Bel air. Il pleuvait beaucoup. Il m'a demandé : 'Es-tu heureuse'. J'ai réalisé à ce moment qu'il était seul à ce dîner parce qu'il venait de se séparer de sa femme… ". Après cela, chacun repartit de son côté. Alors
quand Natalie rejeta pour de bon Richard Gregson de sa vie, R.J attendit un peu et lui téléphona. " Je le revis en janvier 1972. Tous deux nous étions traumatisés, un peu sur le qui-vive se rappela-t-elle. Nous avons parlé de ce qu'il était advenu de nos mariages respectifs. Robert était devenu un homme ! Nous devions, en somme, avoir connu cette épreuve. Cela nous a fait le plus grand bien à tous deux. " Puis les choses allèrent très vite, ils revivent ensemble et décident de se marier le plutôt possible. Les nouvelles commençaient à se propager mais cela a pris plusieurs semaines avant que Natalie et R.J le rendent public. Ils se montrèrent ensemble la nuit de remise des Academy Awards en 1972. R.J invita Natalie à venir passer une semaine de vacances avec lui. Elle accepta. C'était justement la semaine de son anniversaire. Quand elle se pencha sur le gâteau pour en souffler les bougies, elle se rendit compte que Robert avait remplacé le traditionnel 'Happy birthday' par 'Mary Me'. Leur remariage, le 16 juillet 1972, était rigoureusement privé. Ils ont affrété un bateau, emmenant leurs amis proches et leurs familles respectives. Le bateau croisait dans le Pacifique et ils se marièrent avec un superbe coucher de soleil. Après le mariage, le bateau retourna au port et tout le monde s'en alla à l'exception de R.J et Natalie. Ils passèrent plusieurs jours en mer près de la côte à Catalina. Richard, le beau-frère de Natalie, prit toutes les photos du mariage. La mère de Natalie accepta de vendre ces photos à son amie Marcia Borie qui avait des liens avec des magazines pour fan. La sœur de Nat, Lana et son mari Richard furent d'accord. Quand les photos furent publiées, Natalie et R.J se montrèrent furieux de cette atteinte à leur vie privée. Nat mit près d'un an avant d'accepter de reparler à sa sœur et de la revoir. Toutes les précautions prises pour préserver son mariage du regard des curieux étaient anéanties, comme pour son premier mariage avec R.J. Elle déménagea pour aller à la maison de R.J à Palm Springs

En 1973, ils jouèrent ensemble dans un téléfilm " The affair " qui était essentiellement une histoire d'amour. Le 9 mars 1974 voit la naissance de leur fille Courtney Brooke Wagner. Au début de son deuxième mariage avec R.J, Natalie était très possessive envers lui, voulait savoir tout ce qu'il faisait, où il allait. Après la naissance de Courtney, leur mariage devint semblable à tout autre. Elle devint une ménagère et faisait tout ce qui était nécessaire pour rendre R.J heureux. Il y avait un changement notable dans leur mariage. Il était dans sa troisième série à succès, c'était une star de la télévision et Natalie était une star du cinéma qui ne travaillait plus beaucoup. Quand elle travaillait, R.J faisait tout pour lui prêter attention. Ils emménagèrent dans une grande maison au 603 North Canon Drive à Beverly Hills. La maison était de style Nouvelle Angleterre. Le living room était orné par Bonnard qu'elle aimait mais le bar avec ses photos traditionnelles de famille et des dessins encadrés de bateaux était l'endroit où elle aimait le plus s'asseoir et parler.
Natalie travaillait mais pas aussi souvent qu'elle l'aurait voulu. "J'ai préservé ma vie, en premier lieu racontait-elle. Ma vie privée avant tout ! Mais je n'abandonne pas le cinéma. Simplement il ne doit pas prendre le pas sur ma famille. J'ai failli jouer le rôle de Faye Dunaway dans " La tour infernale " par exemple, et j'étais aussi en pourparlers avec le réalisateur Jack Clayton pour le rôle de Daisy Buchanan dans " The great Gatsby " mais j'ai renoncé pour rester auprès de mon mari… ". Plusieurs années après, on lui proposa de jouer dans " Le miroir se brisa " d'après Agatha Christie, un rôle de star de cinéma âgée et vaniteuse. Elle n'était pas encore assez vieille pour le rôle et elle refusa. C'est Elizabeth Taylor qui en héritera. Toutes les offres qu'elle reçut n'étaient pas vraiment bonnes. En 1975, elle joua dans " Peeper " aux côtés de Michael Caine. Le film fut un flop immédiat. Un an après, il ressortit sous le titre " Fat chance ", ce fut encore un bide.
La majorité de son temps, elle le passait à être mère. Après que ses enfants soient nés, elle refusait tout film qui l'obligerait à tourner en extérieurs loin de ses enfants, pour une longue période. Elle ne savait pas cuisiner. Si elle avait toutes sortes de servantes et de bonnes, c'est elle qui supervisait ses enfants de près et y incluait Katie Wagner, la fille de R.J, comme faisant partie de la famille. Natasha Gregson ressemblait à ses deux parents et avait tout l'enthousiasme de Natalie. Courtney était très blonde, une enfant spirituelle, un garçon manqué, toujours partant pour l'aventure.
Natalie se consacrait plus à la télévision. Elle reprit le rôle d'Elizabeth Taylor dans " Une chatte sur un toit brûlant " en 1976 avec Robert Wagner. Malgré de mauvaises critiques, les indices d'écoute furent bons. Elle a aimé son travail dans la mini série "Tant qu'il y aura des hommes " en 1978, encore un remake d'un classique du cinéma où elle reprend le rôle joué par Deborah Kerr. Elle interpréta une femme au foyer maniaco-dépressive dans " The cracker factory ". Elle a adoré son rôle dans le téléfilm " The memory of Eva Ryker " bien que son personnage se noie du Titanic. Cela lui a ravivé ses vieilles peurs concernant l'eau. La télévision lui aura apporté de jolis rôles que le cinéma ne lui proposait plus. Pour "Tant qu'il y aura des hommes ", elle a obtenu le Golden globe Award de la meilleure actrice, décerné par la presse étrangère d'Hollywood. Elle a collaboré à l'enseignement de l'art dramatique à la Theater Art Workshop de l'UCLA et avec Robert Wagner a coproduit la série de ABC Charlie's Angels (Drôles de dames). Si son travail à la télévision fut plutôt réussi, il n'en allait pas de même pour ses rares prestations au cinéma. " Meteor ", sorti en 1979, n'eut aucun succès critique ni public. Ce fut un film catastrophe dans tous les sens du terme. Elle y partageait la vedette avec Sean Connery. Ses insécurités concernant le futur avaient commencé à influencer son comportement professionnel sur le plateau. Ronald Neame, le réalisateur, était anglais, un homme plutôt aimable et charmant. Natalie n'eut aucun problème avec lui jusqu'au jour où il lui demanda de moins se maquiller. Elle regimba. Après des négociations, l'accord final était qu'elle enlèverait un peu de maquillage pour les yeux. Ronald voulait encore moins de mascara sur les yeux et remplacer ça par de la poudre. Elle annonça qu'elle serait heureuse de porter moins de maquillage si seulement Sean travaillait sans sa moumoute.
" The last married couple in America ", une comédie avec George Segal, sorti en 1980, chuta au box office comme les deux autres films précédents. Son père mourut d'une crise cardiaque le 5 novembre 1980. Il avait déjà eu de graves attaques du cœur et on avait dû lui mettre un pacemaker. Elle signa pour un film avec Christopher Walken "Brainstorm " et s'apprêtait à faire sa première prestation au théâtre dans Anastasia. La pièce commencerait à Los Angeles puis en cas de succès continuerait à New York et Broadway. Elle était nerveuse, pensant que Brainstorm allait relancer sa carrière.
Natalie dit un jour qu'elle ne serait pas une vraie russe si elle ne buvait pas. Mais quand elle travaillait, elle s'arrêtait de boire sauf sur " Brainstorm " où elle buvait avec toute l'équipe. Quand elle fit ce film, il y avait quelques films sans succès, la pression était telle qu'elle ne s'interdit pas de boire au travail. D'habitude, elle faisait preuve dans la préparation d'un film d'une volonté de fer. Dès qu'elle avait une date prévue de tournage, elle suivait un régime strict. Elle cessait de boire, de fumer et commençait à faire de l'exercice.

WEEK-END TRAGIQUE DE THANKSGIVING

Lors du tournage de " Brainstorm ", Natalie et R.J reçoivent leurs amis pour fêter Thanksgiving, jour férié en Amérique, le dernier jeudi de Novembre (le Thanksgiving Day c'est l'anniversaire de l'arrivée sur la côte est au 17 ème siècle, du " Mayflower " avec les premiers pionniers).
Natalie boit volontiers de l'alcool, du vin blanc. Son cocktail favori est le Scorpion, servi au restaurant Trader Vic avec un gardénia sur le bord du verre : sa fleur préférée. Ce soir là, elle veille à chaque détail, n'oubliant aucun convive pour que la fête soit parfaite. Pourtant sa sœur Lana remarqua, lors de cette soirée, que quelque chose n'allait pas chez Natalie. Elle avait décidé avec R.J de partir en bateau deux jours avec Christopher Walken, son partenaire dans " Brainstorm ". Le lendemain, le trio embarque sur le " Splendour " le yacht des Wagner, pour le long week-end de Thanksgiving, direction Santa Catalina, la petite île du Pacifique Nord, à 40 kilomètres au Sud Ouest de Los Angeles. Le 28 novembre 1981, Natalie, R.J, Christopher Walken et le skipper du " Splendour " vont dîner au " Doug's Harbor Reef and Saloon ", le seul restaurant de l'île, à l'extrémité nord. Le dîner fut largement arrosé de champagne et ils sont restés jusqu'à 11 heures du soir. Ensuite, ils s'embarquent sur le petit canot gonflable qu'ils utilisaient pour se rendre à terre et rentrent à bord du yacht. Ils s'installent au salon du pont supérieur pour boire un dernier verre et c'est alors que le ton de la discussion monte entre eux. R.J aurait reproché à Christopher Walken son attitude équivoque vis-à-vis de Natalie durant le tournage de Brainstorm. Natalie aurait fait remarquer à son mari qu'il s'intéressait beaucoup à Stéphanie Powers, sa partenaire dans la série télévisée " Pour l'amour du risque ". Furieuse, elle descend pour aller dormir tandis que les deux acteurs et le skipper restent au salon. A 23H45, à travers les vitres du salon, les trois hommes aperçoivent Natalie sur le pont vêtue d'une légère chemise de nuit bleue et d'un gros anorak rouge. A 23H55, Marilyn Wayne, une femme d'affaires de Los Angeles dont le yacht est ancré à proximité du " Splendour " entend une femme appeler au secours. Les appels proviennent d'une vingtaine de mètres, mais la voix ne trahit aucun affolement. Elle expliquera devant le tribunal du Comté de Los Angeles : " J'ai jugé préférable de ne pas me mêler de ce que je croyais être une farce après une soirée bien arrosée. " A 0H20, le skipper Denis Davern constate que le zodiac du " Splendour " a disparu. A 1h00, Robert Wagner pense que sa femme est rentrée à terre après leur brève discussion. Il attendra 1h40 avant de lancer son appel radio. Une demi-heure plus tard, la patrouille portuaire, les hélicoptères des garde-côtes balaient l'océan de leurs puissants faisceaux lumineux. A 7H44, Dimanche, comme l'indique le dossier judicaire, le corps de Natalie Wood est retrouvé à un mille au sud du " Splendour ", au large d'une calanque isolée : Blue Cavern Point et à 5 ou 600 mètres de la côte. Le canot pneumatique est découvert, échoué un peu plus loin vers le Sud, la clé est en position off, le levier de vitesses au point mort et les avirons à l'intérieur. Le bateau n'avait pas été utilisé. La nouvelle de la mort de la star a vite alimenté les rumeurs les plus troubles à Hollywood. L'autopsie va conclure à une noyade accidentelle mais peu à peu la version du meurtre commence à circuler, on murmure aussi qu'il y aurait eu scandale de mœurs. L'hypothèse retenue par l'autopsie est que Natalie a succombé à une hydrocution après une chute. Ce sont les circonstances de la mort qui restent mystérieuses. Les eaux sont glacées, à cette époque de l'année. La température de l'eau, cette nuit là, ne dépassait pas les 13 degrés. Dans le sang de l'actrice, on a pu déceler des traces de somnifères et d'alcool qu'elle avait pris au cours du repas. Ce mélange lui a sans doute été fatal. Le médecin légiste Thomas Noguchi, chargé de l'enquête, parvient vite à des conclusions évidentes : " Plus de 24 heures après la découverte de son corps, sa chemise de nuit, ses chaussettes et sa veste de duvet n'étaient pas sèches. Soupesant sa veste saturée d'eau, j'ai évalué son poids à 15 ou 20 kilos. Le rapport du laboratoire de toxicologie fait état d'un taux d'alcoolémie élevé : 1,4 g, soit 0,4 g de plus que le maximum autorisé par le code de la route en Californie. Natalie Wood s'est donc noyée à cause du poids de sa veste qui l'a entraînée vers le fond alors qu'elle essayait de prendre pied sur le dinghy. Pourquoi n'a-t-elle pas enlevé sa veste ? Parce que son taux d'alcool dans le sang l'empêchait de réagir lucidement ! ".

Pour le docteur Alistair Palmer, professeur de cardiologie à l'université de Miami, il s'agirait plutôt d'une fatale arythmie cardiaque due à une " overdose " de tranquillisants. Le corps de l'actrice, découvert entre 6 et 8 heures après sa disparition, flottait encore. Cela se produit quand la victime a cessé de respirer avant l'immersion et qu'elle a gardé de l'air dans les poumons. Alors que quand une personne se noie, les poumons se remplissent d'eau et le corps sombre pour ne remonter que trois à quatre jours plus tard. De plus, lors de l'examen du corps, les légistes ont décelé sur les lèvres de Natalie une mousse blanchâtre, indice caractéristique des décès provoqués par une arythmie cardiaque, le sujet mourant comme asphyxié par de l'oxyde de carbone. L'arythmie a été sans doute provoquée par un mélange d'alcool et de tranquillisants. L'autopsie a révélé des traces de tranquillisants dans l'estomac mais n'a pas déterminé la quantité absorbée. De faibles doses auraient permis de conclure à un accident cardiaque, de très fortes doses auraient accrédité l'idée d'un suicide.
Sur le comment de la mort, on est renseigné, que ce soit par hydrocution ou arythmie cardiaque. Mais sur le pourquoi de la noyade, sur les circonstances de la mort, il y a beaucoup de points obscurs qui laissent libre cours à toutes les versions. En effet, pourquoi Natalie est-elle partie en pleine nuit et peu vêtue sur un canot pneumatique ? Pour Lana Wood, et plusieurs de ses proches, la version des circonstances est très simple et d'autant plus tragique. Il arrivait à Natalie de beaucoup boire les derniers temps pour surmonter ses angoisses. Elle n'était pas alcoolique mais aurait pu le devenir. Elle avalait aussi régulièrement des somnifères ou des calmants comme le valium. Cette nuit là, elle avait trop bu, le rapport du coroner le confirme. Elle s'est levée, a enfilé sa veste de duvet et est sortie pour accrocher le bateau pneumatique qu'ils avaient mal amarré quelques heures plus tôt. Le bruit du canot cognant contre la coque aurait empêché Natalie de dormir. En voulant raccourcir la corde qui attachait le dinghy, elle aurait glissé et serait tombée dans l'eau, en se cognant contre le dinghy. Le canot détaché aurait dérivé, entraînant la jeune femme. Empêtrée dans ses vêtements, l'actrice n'aurait pu se hisser à bord de la frêle embarcation. Le premier rapport du docteur Noguchi précise que Natalie est morte calmement, sans avoir à affronter sa terreur de l'eau. Un an après, Noguchi révéla qu'elle s'était débattue, avait lutté pour ne pas couler et avait été finalement entraînée au fond par le poids de sa veste. Il avait caché cela car à l'époque, il avait été sévèrement critiqué pour ses commentaires sur les morts de William Holden et d'autres célébrités. Noguchi fut par la suite renvoyé. En tout cas, cette thèse de l'accident paraît plausible. L'autopsie avait révélé une petite blessure sur la joue de l'actrice et de fortes traces d'ecchymoses au crâne qui accréditeraient la thèse que Natalie s'est heurtée la tête sur le yacht ou le canot. Il y avait aussi un rapport faisant état que la veille de sa mort, Chris et Natalie avaient passé la nuit ensemble dans un motel à Catalina. Pour Lana Wood, comme elle le dit dans ses mémoires, c'est très possible mais ils avaient des chambres séparées. Christopher était plus jeune, plutôt séduisant et dans le film ils essayaient de faire revivre un mariage troublé. Ce n'est pas la première fois que Natalie tombe amoureuse de son partenaire. Son infidélité fut-elle réelle ou imaginaire ? Sa sœur pense qu'elle souhaitait une histoire d'amour mais qu'elle n'aurait pas permis qu'une telle chose menace son mariage ou ses enfants.
Les spéculations sur la mort de Natalie ont continué de courir. R.J et Chris Walken ont maintenu un silence complet sur sa mort. L'enterrement eut lieu au petit cimetière de Westwood, près de Wilshire Boulevard où repose Marilyn Monroe. Le 8 février 1982, à Hollywood, le tournage de " Brainstorm " reprend. Une nouvelle fin a été écrite et la Lloyd's of London a payé trois millions de dollars pour permettre que le film soit terminé. Dans deux scènes, elle a été remplacée par une doublure filmée de dos. " Brainstorm " sort finalement le 30 septembre 1983, soit près de deux ans après la mort de Natalie. Les vraies stars du film sont les effets spéciaux, qui éclipsent un peu la prestation de acteurs. Néanmoins, il est émouvant de voir Natalie dans ce qui restera son dernier rôle. Fin 1985, un musée Natalie Wood a été inauguré dans une maison proche de Hollywood Boulevard, sur l'initiative de Robert Wagner, avec l'aide d'un admirateur. Ce dernier, Peter Douget, infirmier à Los Angeles, a collectionné des photos, affiches, articles de presse, chutes de films, des robes et des vêtements de Natalie.
Les deux filles de Natalie on bien grandi. Courtney, 28 ans, prend la vie du bon côté et ne travaille pas. On lui a prêté des amours avec Lenny Kravitz ou encore Peter Gabriel.
Natasha, 31 ans, s'est lancé dans le cinéma et la télévision. Elle a déjà plus d'une vingtaine de films à son actif. Elle a été en 1990 la compagne de Josh Evans, le fils d'Ali Mc Graw. Quant à Robert Wagner, il a épousé Jill Saint John, le 26 mai 1990 après huit ans de vie commune.

Imprimer la page  Imprimer la page

Dernière modification le : 13/06/2007 @ 09:19
Catégorie : Aucune

Infos site

Webmaster :
BENYAYER Laurent

Envoyer un message

Ce site est compatible avec les navigateurs de version 5 minimum.

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978) en écrivant au webmaster.

Déjà 577159 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,104 secondes